Social. Nouvelle démonstration de force des enseignants qui se mobilisent depuis près de deux mois en Essonne. A Massy, deux cents personnes se sont rassemblées ce samedi pour manifester contre les suppressions de postes prévues dans plusieurs établissements de la ville, de la maternelle au lycée. Un mouvement de solidarité qui traduit un malaise généralisé dans le milieu scolaire. 

  • Photo : les parents, professeurs et élus manifestaient contre les suppressions de postes. (© QB/EI)

A Massy, tout est parti du lycée professionnel Gustave-Eiffel. Depuis maintenant un mois, les enseignants de ce lycée se mobilisent contre la suppression de six postes pour la rentrée prochaine. « On a affiché qu’on était en lutte dans toute la ville pour recevoir du soutien des syndicats et des élus mais surtout des autres établissements », explique Yann Le Huérou, professeur d’EPS dont le poste va être supprimé. « Plusieurs collègues des écoles, collèges et lycées aux alentours sont venus nous voir pour nous proposer de l’aide et nous dire qu’ils étaient aussi touchés par ces suppressions de postes » , raconte ce jeune prof d’EPS, dont le frère jumeau va lui aussi perdre son poste d’enseignant dans un lycée d’Arpajon.

A Massy, le lycée Gustave-Eiffel n’est donc pas le seul établissement scolaire touché de plein fouet par la politique de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite. C’est aussi le cas de l’école maternelle et élémentaire Albert- Camus, située juste en face. « On commence vraiment à voir la baisse des moyens », constate sa directrice, Anne Chevalier, avant d’ajouter : « Par exemple, cette année, c’est la première fois que des collègues absents n’ont pas pu être remplacés. » Une situation qui ne risque pas de s’améliorer puisque à la rentrée prochaine, cette école ne pourra plus prétendre aux deux postes d’enseignants supplémentaires prévus chaque année pour les établissements classés Réseau réussite scolaire (RSS). Un poste de Rased et un poste de psychologue scolaire sont également menacés. Une situation qui a poussé cette directrice jusqu’aux portes du lycée Gustave-Eiffel : « On a décidé de faire une action commune pour montrer qu’à Massy, tous les établissements du primaire et du secondaire, de la maternelle au lycée, sont concernés par ces suppressions de postes », explique Anne Chevalier.

  • Photo : rassemblement du lycée Gustave-Eiffel de Massy. (© QB/EI)

Quelque trois cents personnes ont répondu ce samedi à l’appel à soutien lancé par le lycée Eiffel. Enseignants, parents d’élèves et syndicats ont ainsi marché du lycée Fustel-de-Coulanges, où un poste va être supprimé, jusqu’au lycée Gustave-Eiffel. Une traversée des quartiers sensibles de la ville, sous les applaudissements émanant des balcons. A noter la présence d’élus du département dont Jérôme Guedj, présent au premier rang du cortège. Les journées portes ouvertes qui devaient avoir lieu au lycée Eiffel ce jour ont été annulées pour l’occasion. De nouvelles journées de grève sont à prévoir dans la semaine. La lutte continue à Massy comme dans tout le département.