Lewis Hamilton s’élancera de la quatrième place pour sa 300e course de F1 alors que Charles Leclerc décroche la pole en France.

Lewis Hamilton prendra le départ de sa 300e course de Formule 1 depuis la quatrième place sur la grille de départ après la pole position de Charles Leclerc au Grand Prix de France samedi.

Leclerc a donné un nouveau souffle à sa candidature au championnat en s’imposant lors de la dernière manche en Autriche il y a quinze jours.

Et le Monégasque sera en excellente position pour obtenir une autre victoire indispensable dans sa lutte pour le titre contre Max Verstappen de Red Bull.

Le champion du monde Verstappen s’est qualifié en deuxième position – à trois dixièmes – avec Sergio Perez en troisième position sur l’autre Red Bull.

McLaren a apporté plus d’améliorations en France qu’à n’importe quel autre stade de la saison, et Lando Norris a fendu les pilotes Mercedes pour se qualifier cinquième, une place devant George Russell.

L’équipe Mercedes de Hamilton nourrissait de grands espoirs pour la 12e manche de la campagne, ici, dans la chaleur torride du sud de la France.

Un nouveau plancher, associé à l’asphalte lisse du Circuit Paul Ricard, a même conduit certains au sein de Mercedes à croire qu’Hamilton pourrait mettre fin à sa série stérile, et à celle de l’équipe, en remportant son 104e triomphe dans sa course historique.

Mais les Flèches d’argent ont encore perdu du terrain sur Ferrari et Red Bull, avec neuf dixièmes de retard sur Hamilton. Russell était 1,2 secondes plus lent que Leclerc.

Le directeur de l’équipe Mercedes, Toto Wolff, qui a été rejoint par Dieter Zetsche – l’ancien président de la société mère de Mercedes, Daimler – à l’arrière du garage de l’équipe, a fait une figure déconfite.

Lire aussi:  La série de 37 victoires d'Iga Swiatek s'effondre à Wimbledon

Wolff a supervisé la série record de huit championnats constructeurs consécutifs de Mercedes, mais alors que le sport approche de la traditionnelle pause estivale, l’équipe autrefois conquérante n’est pas plus près de débloquer la vitesse qui lui permettrait de rivaliser avec Ferrari et Red Bull.

Leclerc aborde la course de dimanche avec 38 points de retard sur Verstappen, et comme Carlos Sainz devait déjà partir en dernier pour avoir changé le moteur qui a pris feu de façon si spectaculaire en Autriche, Ferrari a utilisé l’Espagnol comme remorqueur pour tirer Leclerc. Cela a fonctionné à merveille et Leclerc a pris la tête de la course.

Après avoir décroché la 16e pole de sa carrière et la septième de la saison, Leclerc a déclaré : « C’était un excellent tour. J’ai lutté tout le week-end pour faire un tour ensemble mais j’ai réussi à le faire.

« J’ai aussi eu l’aide de Carlos et c’était un travail d’équipe incroyable, parce que sans lui, ça aurait été beaucoup plus serré, donc un grand merci à lui et j’espère qu’il pourra se battre.

« La voiture se sent bien mais nous verrons comment ça se passe demain. »

Verstappen a été le plus rapide lors des essais finaux mais n’a pas pu égaler la vitesse de Leclerc en qualification.

« La troisième séance d’essais n’est clairement pas une qualification, mais dans l’ensemble, nous manquions d’adhérence générale », a-t-il déclaré.

« C’était plus délicat que je ne l’espérais, mais dans l’ensemble, nous avons une voiture de course décente. Nous serons rapides sur les lignes droites, alors espérons que nous pourrons utiliser cela demain. »

Lire aussi:  Un réfugié qui a couru sous des camions pour entrer au Royaume-Uni trouve du réconfort dans une équipe de football composée de migrants.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*