Politique. Il se nomme Morvan Prévot. A dix-neuf ans, il a décidé de se présenter aux prochaines élections législatives, sur la circonscription d’Évry-Corbeil. Défenseur des libertés sur le Net, ce jeune Courcouronnais entend bien faire valoir ses idées dans le débat politique. Essonne Info l’a rencontré.

  • Photo : le candidat a expliqué sa démarche à Essonne Info lors d’une rencontre. (© FB/EI)

Élève en première bac pro au lycée Brassens à Courcouronnes, Morvan Prévot n’a pas froid aux yeux. Il compte affronter en juin prochain Manuel Valls, le député PS sortant qui brigue un nouveau mandat sur la première circonscription de l’Essonne (Bondoufle, Corbeil-Essonnes, Courcouronnes, Évry, Lisses, Villabé), ainsi que les prétendants déjà déclarés Jacques Géring (parti radical), Cristela De Oliveira (UMP), Ulysse Rabaté (Front de gauche) et Danielle Valéro (Europe Écologie-Les Verts).

« Non à une législature déconnectée de la réalité sociale » commence sa déclaration de candidature. Le jeune candidat veut dépoussiérer la politique, et proposer une nouvelle manière de concevoir la démocratie. Il est tout d’abord parti d’un constat : « Les gens se plaignent que les députés ne répondent pas à leurs demandes, alors qu’ils sont nos représentants à l’échelle nationale », argumente Morvan Prévot,« je souhaite que chacun puisse écrire les lois, en collaboration avec Internet » . A l’image de la nouvelle constitution islandaise, discutée entre les citoyens grâce au web 2.0, le prétendant au mandat de député entend se servir d’Internet comme d’un outil « au service de tous » . C’est ainsi qu’il prône la libre circulation des informations, de la science et de la culture sur Internet, ainsi que la protection des libertés individuelles.

Attiré par l’univers des logiciels libres depuis cinq ans, il a participé aux mobilisations contre l’Hadopi (lire notre sujet sur la venue à Évry d’un responsable de la Sacem), puis contre le contesté accord international Acta sur la contrefaçon, que lui comme d’autres trouvent « liberticide »« J’ai commencé à m’intéresser à la politique quand on a restreint mes libertés », indique-t-il. Sa candidature ? Très sérieusement, le jeune homme semble décidé à concourir, quitte à « tout faire tout seul » .

Une campagne à zéro euro

« Sympathisant » du parti pirate, qui dispose de quinze représentants au parlement allemand, Morvan Prévot se présentera sans étiquette, mais dispose d’ores et déjà de l’aide du mouvement. Le parti pirate a lancé il y a un mois un appel à candidatures pour les élections législatives. Ses membres souhaitent présenter des candidats dans le plus de circonscriptions possible, afin d’imposer leurs idées dans le débat public. Le jeune Essonnien dispose ainsi de documents, « accessibles à tous » lui expliquant toutes les démarches à réaliser pour se présenter.

L’originalité de sa démarche réside en une volonté de ne pas dépenser un centime de frais de campagne : « Je n’ai pas d’argent à investir », confie Morvan Prévot, qui espère tout au plus financer des tracts de taille A8 à distribuer pour indiquer l’adresse de son site, « avec les quelques centaines d’euros que je récolterai lors de mon stage », précise-t-il. Pour voter pour lui, il faudra télécharger le bulletin de vote à glisser dans l’enveloppe. Pour le reste, le candidat tient les électeurs informés de l’avancement de ses procédures sur son site. Site qui héberge par ailleurs un wiki pour collaborer à sa candidature et discuter de ses propositions. Une nouvelle forme de démocratie participative ?