Politique. Les soutiens de François Hollande se sont mobilisés samedi pour une journée de sensibilisation. Partout dans le département ils entendent passer de la campagne médiatique à la campagne de terrain. Nous les avons suivis à Villebon-sur-Yvette.

  • Photo : la journée de mobilisation était l’occasion de remettre aux Essonniens le programme de François Hollande. (© DM/EI)

Sommes-nous à un tournant de la campagne de François Hollande ? Le PS organisait samedi une journée de mobilisation partout en France. Les militants et les élus étaient invités à tenir trente trois mille points de rencontre, avec l’objectif d’informer pas moins de deux cent mille Français sur le projet du député de Corrèze. Essonne Info est allé rencontrer ces petites mains, à Villebon-sur-Yvette.

« François Hollande a opté pour une campagne de terrain et a donné mandat à ses soutiens pour le représenter partout », écrivait le PS en préambule de la journée de lancement de sa « mobilisation citoyenne ». Un message visiblement entendu par les militants villebonnais qui après l’heure du déjeuner prenaient position à proximité de la place de l’Hôtel-de-Ville, où se tenait un marché gourmand aux couleurs des régions de France.

  • Photo : Jean, Philippe et Régis, aux côtés de leur secrétaire de section, Ophélie Guin, conseillère municipale de Villebon-sur-Yvette et suppléante d’Olivier Thomas, le candidat PS aux législatives sur la quatrième circonscription de l’Essonne. (© DM/EI)

De la campagne médiatique à la campagne de terrain

Programmes en mains, ils partent au contact des quelques Villebonnais déambulant entre les différents étals. Au moment de remettre le document maître de la campagne de François Hollande, ses soixante propositions, « on s’aperçoit que les gens sont conscients de l’avoir eu », note Régis. Cependant, « sur une campagne nationale comme l’élection présidentielle, ils prennent d’abord leurs sources d’informations dans les médias », analyse t-il.

Pour Jean, l’aîné du groupe, qui avait apporté son soutien à Ségolène Royal durant les primaires citoyennes d’octobre – où l’ex-candidate de 2007 avait recueilli un peu plus de 6% des suffrages sur la commune – cette journée de mobilisation « est le passage d’une campagne « hypermédia » à une campagne de terrain ». C’est la seule façon, selon Jean, de continuer à convaincre les électeurs, « dans la mesure où il y aura bientôt l’égalisation des temps de parole » à la télévision et à la radio.

Depuis mardi, avec l’annonce officielle par le Conseil d’État des prétendants à la présidence ayant réussi à recueillir plus de cinq cents parrainages, les petits comme les grands candidats doivent obtenir les mêmes moyens d’expression dans les médias. Parmi les dix candidats aux suffrages des Français le 22 avril prochain, date du premier tour, deux Essonniens sont en lice : Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan. Alors que le premier était mardi à Massy pour parler des transports publics, le second tiendra un rassemblement intitulé le « printemps de la France libre », dimanche à Paris.