Le président du CIO, Thomas Bach, revient sur les Jeux olympiques de Tokyo un an plus tard

Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, a déclaré que la tenue des Jeux de Tokyo en pleine pandémie de coronavirus a permis à une génération d’athlètes de vivre ce qui aurait pu être une chance unique de concourir sur la plus grande scène du sport.

S’adressant à Essonne Info News un an après la clôture des Jeux olympiques, qui ont été retardés d’un an et se sont déroulés en grande partie sans spectateurs, M. Bach a réfléchi au défi sans précédent que représente l’organisation de jeux pendant une pandémie.

« Il y a tellement (d’émotions) », a déclaré M. Bach.

« Le comité d’organisation et le CIO ont ensemble donné aux athlètes du monde entier la possibilité de vivre leurs rêves olympiques, et nous avons réussi à ne pas perdre toute une génération d’athlètes dans 206 comités nationaux olympiques à travers le monde. »

Le président du Comité international olympique, Thomas Bach, donne une interview à Lausanne, en Suisse, le 5 juillet 2022. (Essonne Info)

Le CIO a d’abord renoncé à reporter les jeux. Mais le Canada a retiré ses athlètes des Jeux olympiques en invoquant des problèmes de sécurité liés à la pandémie de COVID-19, tandis que l’Australie, le Brésil, la Slovénie et la Norvège ont demandé un report d’un an.

Suite aux pressions exercées par les athlètes et d’autres organismes sportifs, notamment le comité olympique des États-Unis, M. Bach et le premier ministre japonais de l’époque, Shinzo Abe, ont accepté le report.

Les Jeux olympiques de Tokyo se sont ouverts le 23 juillet 2021, au lieu de la date initiale de début 364 jours plus tôt.

Le niveau élevé d’incertitude qui a précédé l’événement a exigé une grande réflexion sur soi, a déclaré M. Bach.

« Nous nous réveillions chaque matin, ou nous étions réveillés pendant la nuit, pratiquement tous les jours avec un nouveau défi. Nous devions nous remettre en question tous les jours », a-t-il déclaré.

Lire aussi:  La reconstruction de Chelsea sous l'égide des nouveaux propriétaires se poursuit après l'arrivée de Sterling et de Koulibaly.

« Faisons-nous la bonne chose ? Avons-nous pris la bonne décision ? Comment relever ce nouveau défi ? Pouvons-nous le faire ? Ou devons-nous prendre des décisions drastiques ? Si nous avions parlé (publiquement) de ces choses, les jeux se seraient effondrés. »

M. Bach a déclaré que le moment le plus difficile a été celui où le CIO a dû demander aux organisateurs d’envisager de reporter les jeux, car il craignait que ses « amis japonais » ne se sentent insultés ou ne le prennent pour un manque de confiance alors que les préparatifs se déroulaient sans heurts et que le pays affirmait avoir réussi à maîtriser le COVID-19.

Abe et lui ont officiellement reporté les Jeux olympiques le 24 mars 2020.

« Et puis nous étions sur. Nous étions exactement sur la même longueur d’onde », a déclaré M. Bach.

L’Allemand de 68 ans a nié avoir discuté des plans d’annulation, même s’il a admis que c’était l’option la plus facile financièrement pour le CIO, avec l’argent garanti que sa couverture d’assurance aurait apporté.

« Nous ne travaillons pas au sein du CIO parce que nous voulons détruire les rêves olympiques des athlètes. Nous voulons qu’ils vivent leurs rêves olympiques », a-t-il déclaré.

M. Bach a estimé que M. Abe et lui-même ont pu établir une profonde confiance mutuelle au cours de leurs discussions et qu’ils ont pu conclure « un accord de gentleman avec une poignée de main virtuelle » sur un accord qui n’avait jamais eu besoin d’être conclu auparavant au cours des 124 ans d’histoire des Jeux olympiques.

Le Japon a continué à organiser les jeux malgré une forte opposition publique, mais M. Bach a déclaré qu’il s’agissait d’une réaction tout à fait normale à une situation anormale.

« C’est absolument normal. Il n’y avait pas que des Japonais, il y avait beaucoup de gens dans le monde entier (qui ressentaient cela) », a-t-il déclaré.

Lire aussi:  Lewis Hamilton s'élancera de la quatrième place pour sa 300e course de F1 alors que Charles Leclerc décroche la pole en France.

Finalement, les organisateurs et le Japon ont gardé les portes fermées aux spectateurs internationaux, y compris les familles des athlètes.

Les fans japonais se sont également vus refuser la possibilité d’assister aux événements organisés à Tokyo dans un contexte de recrudescence des cas de COVID-19, revenant sur une décision antérieure d’autoriser des dizaines de milliers de spectateurs locaux. Certains événements organisés en dehors de la capitale ont autorisé un nombre limité de spectateurs.

L’état d’urgence déjà en vigueur à Tokyo s’est poursuivi pendant les deux semaines qu’ont duré les jeux, le gouvernement essayant de limiter le nombre d’infections.

Tokyo a réussi à organiser les Jeux olympiques les plus exigeants sur le plan logistique en mettant en place une bulle d’isolement COVID-19, ce qui constitue en soi un des nombreux héritages des Jeux, estime M. Bach.

« Tout d’abord, ces jeux seront inscrits dans les livres d’histoire, donc vous savez que c’est un héritage pour toujours ».

« Deuxièmement, vous aurez des héritages très concrets. Nous avons vu des données selon lesquelles la participation sportive a augmenté, vous avez les installations sportives qui deviennent maintenant accessibles pour la population… et (les futurs hôtes olympiques) Paris, Los Angeles et Brisbane bénéficient déjà de toutes les mesures prises pour simplifier les jeux. « 

M. Bach a fait l’éloge du comité d’organisation des Jeux olympiques de Tokyo, de ses partenaires des collectivités locales, des bénévoles et de toutes les personnes concernées pour leurs efforts conjugués en vue d’assurer la sécurité des jeux.

« Quand nous l’avons fait, nous l’avons fait ensemble. C’est pourquoi ce sont des Jeux olympiques historiquement et uniquement réussis. Je pense que le peuple japonais peut être très, très fier de cela », a-t-il déclaré.


Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*