POLITIQUE > La nouvelle ministre de l’écologie a annoncé lundi qu’elle souhaitait se « consacrer pleinement » à son nouveau portefeuille ministériel ainsi qu’à sa Mairie de Longjumeau. Conséquence de cela, elle démissionnera prochainement du Conseil régional d’Ile-de-France, où elle sera remplacée par le suivant de sa liste, M. Mustapha Saadi.

Pièce maitresse du nouveau gouvernement de François Fillon, dont l’objectif – non affirmé – n’est ni plus ni moins que la préparation de la réélection du Président Nicolas Sarkozy en 2012, NKM à retrouvé son thème de prédilection, l’écologie (Lire notre article). La nouvelle ministre de l’écologie souhaite se « consacrer pleinement » à ses nouvelles fonctions, sans délaisser son mandat à la Mairie de Longjumeau, où elle a été élue en 2008, en quittant le Conseil régional d’Ile-de-France où elle siège – dans l’opposition – depuis 2004.

Tête de liste départementale de la majorité présidentielle lors des élections régionales de mars, NKM précise dans un communiqué qu’elle continuera à « suivre de près et défendre les dossiers de son département en lien avec ses collègues Essonniens élus également en mars dernier : Stéphane Beaudet, Véronique Garantois, François Durovray, Fatem Hidri, Hervé Hocquard et Marie-Claude Girardeau ». La démission de la Ministre permettra à Mustapha Saadi du Nouveau Centre de retrouver son siège au sein de l’hémicycle régional, qu’il avait occupé deux avant les dernières élections régionales.

« 1 000 jours pour tenir une promesse »

De son côté, l’opposition municipale de gauche se félicite, quant à la décision de la ministre, de démissionner de son mandat régional. « Il aura tout de même fallut 1 000 jours pour que Nathalie Kosciusko-Morizet tienne sa promesse de campagne », nous signale Grégory Gobron, Conseiller municipal (PS) de Longjumeau.

En effet, NKM indiquait dans son projet municipal à destination des Longjumellois, qu’elle assumait « actuellement [son] mandat de Conseillère Régionale » et qu’elle démissionnerait « de celui-ci si [elle était] élue Maire. Deux ans plus tard, l’édile de Longjumeau prenait la tête de la liste UMP en Essonne, se faisant réélire pour un second mandat, au Conseil régional d’Ile-de-France.