Le terrain du T20 de Lucknow fait l’objet de critiques alors que l’Inde et la Nouvelle-Zélande ne parviennent pas à frapper un seul six.

La surface utilisée pour le deuxième T20 entre l’Inde et la Nouvelle-Zélande a fait l’objet de vives critiques. Les joueurs ont dominé le match de jour et de nuit et les batteurs n’ont pas réussi à frapper un seul six en 39,5 overs.

Le terrain de l’Ekana Stadium a fourni une rotation et un rebond prodigieux aux joueurs de spinning, obligeant les deux capitaines à s’appuyer presque exclusivement sur les lanceurs lents.

La Nouvelle-Zélande n’a pu faire mieux que 99-8 à la batte, car l’Inde les a étouffés en utilisant quatre spinners. Cependant, les Kiwis ont réussi à étirer la compétition jusqu’à l’avant-dernière livraison du match avant que l’Inde ne s’impose par six coups de pied pour égaliser la série T20 à 1-1.

Les joueurs des deux camps ont joué 30 des 40 manches et pas un seul six n’a été frappé par un batteur, une première pour un T20 en Inde.

Le score le plus élevé pour un batteur est celui de Suryakumar Yadav, qui a fait preuve d’une retenue inhabituelle en réalisant un 26 non out sur 31 balles.

Le capitaine indien Hardik Pandya a déclaré lors de la cérémonie de présentation d’après-match : « Pour être honnête, c’était un guichet choquant ».

« Les guichets difficiles ne me dérangent pas. Je suis tout à fait partant pour cela, mais ces deux guichets ne sont pas faits pour le T20.

Lire aussi:  James Anderson se réjouit du retour de l'Angleterre au Pakistan dans une série historique de tests.

« Quelque part, les conservateurs ou les terrains où nous allons jouer devraient s’assurer qu’ils préparent les terrains à temps. »

Le guichet du premier T20 entre les équipes à Ranchi a également favorisé les lanceurs de balles. La Nouvelle-Zélande l’a emporté par 21 runs pour prendre une avance de 1-0 dans la série.

Dimanche, les Kiwis n’ont utilisé que 2,5 des overs de leurs lanceurs rapides. Les fileurs Michael Bracewell et Ish Sodhi ont pris un wicket chacun.

« Nous avons joué 17 tours de spin, c’est vraiment quelque chose de différent », a déclaré le capitaine néo-zélandais Mitchell Santner. « Avec le rebond là-bas, ça semblait être un défi ».

En fait, Santner a dit qu’il avait envisagé de faire jouer des balles à effets au lanceur rapide Lockie Ferguson.

« J’essayais de les trouver [spinners] de partout », a déclaré Santner.

« J’ai demandé à Lockie s’il pouvait lancer des balles à effets. Je pense qu’on ne voit pas souvent plus de 12 heures de spin là-bas. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*