Championnats du monde : Dos Santos détrône Warholm après avoir remporté l’or sur 400m haies

Alison Dos Santos a mis fin au règne de Karsten Warholm en tant que roi des haies aux Championnats du monde d’athlétisme mardi, tandis que le Britannique Jake Wightman a remporté la première médaille d’or du 1500 m de son pays en 39 ans, lors d’une journée riche en rebondissements.

Warholm a peut-être été à l’origine de l’un des moments les plus emblématiques de l’histoire olympique lorsqu’il a pulvérisé le record du monde vieux de 29 ans pour remporter le 400m haies aux Jeux de Tokyo en 45,94 secondes. Mais le jeune homme de 26 ans est arrivé à Eugene avec une blessure aux ischio-jambiers qui l’a finalement empêché de tenter de décrocher une médaille.

Au lieu de cela, Dos Santos a couru le troisième temps le plus rapide de l’histoire et un record de championnat de 46.29sec pour gagner l’or devant les Américains Rai Benjamin et Trevor Bassitt.

« C’est assez impressionnant de gagner le titre mondial sur cette piste. Je ne me suis pas soucié du temps car c’est la première fois que je gagne un titre mondial », a déclaré Dos Santos.

Warholm a mené en arrivant dans la dernière ligne droite mais a grippé et a finalement terminé septième (48.42), brisant une série de victoires de 22 courses, dont 18 finales, remontant à septembre 2018.

 » C’était une course très difficile « , a déclaré Warholm.  » J’avais une blessure, mais pour moi, c’est toujours votre combat et le fait de tout donner et de tout laisser sur la piste. Je pense l’avoir fait. J’espère qu’en regardant en arrière, je serai fière de cela, même si je préfère prendre une médaille. « 

Wightman assomme Ingebrigtsen

Jake Wightman commence à célébrer après avoir remporté la finale du 1500m aux Championnats du monde d'athlétisme. EPA

Alors que tout le monde savait que Warholm revenait de blessure, de sérieux espoirs étaient placés dans le champion olympique Jakob Ingebrigtsen dans le 1500m masculin.

Lire aussi:  Des foyers de COVID-19 dans des écuries de sumo perturbent la rencontre de Nagoya

Mais Wightman n’avait pas lu le script, jouant le Norvégien à son propre jeu en donnant un coup de pied à 200 mètres de la fin et en maintenant sa forme jusqu’à la ligne.

Wightman s’est assuré la victoire en 3min 29.23sec, Ingebrigtsen prenant l’argent en 3:29.47, l’Espagnol Mohamed Katir prenant le bronze (3:29.90).

Le père de Wightman, Geoff, est présent à Eugene pour commenter la course.

Geoff, qui est aussi l’entraîneur de son fils, n’a plus qu’une voix cassée lorsqu’il a annoncé à Hayward Field : « C’est mon fils et il est champion du monde. »

Wightman a dit de son père : « Pour lui, faire partie de mon voyage pour arriver à ce point, et en fait faire partie de la course elle-même est tellement unique. Je lui ai parlé et il est très heureux. Je suis content qu’il ait montré un peu d’émotion. »

Dans le sillage des médaillés d’or olympiques norvégiens qui n’ont pas réussi à décrocher un titre mondial, le champion 2019 Daniel Stahl, le Suédois, a finalement terminé quatrième au disque.

L’Australienne Eleanor Patterson a remporté la médaille d’or du saut en hauteur dans la quatrième finale de la soirée avec 2,02 m contre l’Ukrainienne Yaroslava Mahuchikh, l’Italienne Elena Vallortigara prenant le bronze.

« Je suis honnêtement sans voix en ce moment », a déclaré Patterson après coup. « Je commence déjà à avoir mal aux joues à force de sourire ».

Kerley hors du 200m

Fred Kerley a déclaré avoir souffert d'une crampe pendant la demi-finale du 200m. AFP

Lors de la cinquième journée à Eugene, le nouveau champion du 100 m Fred Kerley n’a pas réussi à se qualifier pour les demi-finales du 200 m. Il n’a pas non plus réussi à s’imposer.

Lire aussi:  Jonas Vingegaard est prêt à s'emparer du titre de champion du Tour de France après une superbe victoire en solitaire lors de la 18e étape.

Kerley s’est élancé sans problème, mais il a dû faire la grimace en entrant dans la dernière ligne droite du Hayward Field d’Eugene, terminant finalement sixième en 20,68 secondes. Kerley a déclaré plus tard qu’il avait eu des crampes dans les derniers instants de la course, mais a insisté sur le fait qu’il serait apte à participer aux relais.

« Un peu de crampe, mais tout va bien », a déclaré Kerley. « Je n’ai pas mal, ça ira. »

Alors que Kerley a dû digérer une sortie prématurée décevante, le champion du monde en titre du 200 m, Noah Lyles, n’a pas eu à s’inquiéter, puisqu’il a remporté sa demi-finale en 19,62 secondes.

La principale menace pour les espoirs de Lyles de conserver son titre mondial sur 200m pourrait bien venir de son coéquipier adolescent et rival émergent Erriyon Knighton. Le jeune prodige de 18 ans a remporté sa demi-finale en 19,77 secondes.

Fraser-Pryce en route pour le doublé sprint

Shelly-Ann Fraser-Pryce s'est qualifiée pour la finale du 200m. PA

Dans le 200m féminin, Shelly-Ann Fraser-Pryce a maintenu sa candidature pour un double sprint en se qualifiant pour la finale.

Tout juste après avoir remporté un cinquième titre mondial record sur 100m, Fraser-Pryce a réalisé son meilleur temps de la saison en 21,83 secondes dans la troisième des trois demi-finales.

La Jamaïcaine de 35 ans, championne du monde du 200 m en 2013, sera rejointe en finale jeudi par ses deux coéquipières qui ont contribué à un nettoyage sans précédent du podium du 100 m pour la Jamaïque dimanche, Shericka Jackson et Elaine Thompson-Herah.

Aux côtés du trio jamaïcain en finale, on retrouvera la Britannique Dina Asher-Smith, championne du monde en titre du 200m et quatrième du 100m, les Américaines Abby Steiner et Tamara Clark, la Nigérienne Aminatou Seyni et la Suisse Mujinga Kambundji.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*