Des frères et sœurs nourrissent des rêves de basket-ball professionnel à Marquette et Notre-Dame.

MONTREAL (AP) – Pour Olivier-Maxence Prosper, les leçons ne sont pas seulement pour lui-même alors qu’il se rapproche d’une chance de réaliser son rêve en NBA.

Il s’agit également pour le natif de Montréal, âgé de 20 ans, de les partager avec sa sœur de 17 ans, Cassandre, qui s’engage dans une voie qu’elle espère mener à la WNBA.

« En grandissant, j’essayais d’être le meilleur modèle possible pour elle », a-t-il confié à la EssonneInfo. « Toutes les expériences que j’ai vécues, je l’aide simplement pour qu’elle puisse être meilleure, pour que ses expériences soient meilleures que les miennes.

« Elle est mon seul frère ou sœur et elle et moi sommes vraiment, vraiment proches », a-t-il ajouté. « Je veux juste faire tout ce que je peux pour aider son parcours de basket à être le meilleur possible et pour la guider à travers cela ».

Olivier-Maxence est un attaquant junior de 6 pieds 8 et 230 livres pour Marquette (16e).

Cassandre, quant à elle, est une garde d’1,80 m pour Notre Dame, classée septième. Elle a signé avec Notre Dame en 2023 en tant que recrue cinq étoiles de la Capital Courts Academy de l’Ontario Scholastic Basketball Association et a fait ses débuts avec les Fighting Irish le 29 décembre.

Ils sont nés et ont été élevés à Montréal par Guylaine et Gaétan, qui ont tous deux joué au basket au niveau collégial dans les années 1990.

Guylaine a joué une année de basket-ball de division I au Manhattan College avant de retourner jouer pour l’Université Concordia, où elle a été deux fois étoile du RSEQ. Gaétan a également joué à Concordia, où il a été trois fois étoile du RSEQ.

« Mes parents ont vécu le basket-ball… je vis le basket-ball, alors c’est génial », a déclaré Olivier-Maxence.

Le basket est quelque chose qui a été « inculqué » aux frères et sœurs dès leur plus jeune âge.

Lire aussi:  Élections au Québec : Les questions autochtones passent au second plan alors que la campagne se termine

« Honnêtement, je plaisante toujours en disant qu’on m’a lavé le cerveau pour que je joue au basket et que j’aime le basket, mais c’est génial », a déclaré Cassandre.

Pour Cassandre, cependant, l’influence de son frère a joué un rôle majeur en grandissant.

« Je pense que la façon dont je l’admire, … c’était un si grand joueur sur le terrain, mais la façon dont il se comportait en dehors du terrain le rendait si grand sur le terrain, » dit-elle. « Je pense que ce que j’aime chez lui, c’est qu’il a toujours compris que je suis sa petite sœur et que je l’admire. Alors quoi qu’il fasse, il le faisait avec l’intention de ‘J’ai quelqu’un que j’essaie d’inspirer’, et il faisait toujours les choses bien sur le terrain. »

Shaka Smart, l’entraîneur de Marquette, affirme que cela a joué un rôle dans la saison exceptionnelle d’Olivier-Maxence. Il a une moyenne de 14,0 points et 4,6 rebonds par match, ce qui le place en deuxième position dans l’équipe.

« O-Max a vraiment travaillé », a déclaré Smart. « Vivre dans le gymnase, faire des extras, passer du temps avec plusieurs membres de notre programme, s’améliorer et être très, très intentionnel sur les domaines dans lesquels il doit grandir et veut grandir.

« Il a fait un travail formidable en utilisant les expériences qu’il a eues au cours de ses deux premières années d’université », a déclaré Smart. « Pour être un joueur plus âgé, plus confiant, plus mature cette année et cela n’arrive pas par hasard ».

Olivier-Maxence était une recrue quatre étoiles de la NBA Academy Latin America au Mexique, où il a joué sa dernière année aux côtés de la recrue des Indiana Pacers Bennedict Mathurin, également originaire de Montréal. Il a signé avec Clemson avant d’être transféré à Marquette pour sa deuxième saison.

Avant cela, il a déménagé à Chicago à 16 ans et a joué à la Lake Forest Academy. Son école secondaire de Blainville, au Québec, n’avait pas d’équipe de basket. Il a joué pour une équipe locale de l’Amateur Athletic Union, Brookwood Elite, avant de chercher un nouveau défi.

Lire aussi:  Le fondateur de L'Arche, Jean Vanier, a abusé sexuellement d'au moins 25 femmes, selon un rapport indépendant.

« Cette année a été vraiment formidable pour moi parce qu’elle m’a aidé à mûrir énormément, non seulement en tant que joueur de basket, mais aussi en tant que jeune homme quittant la maison prématurément », a-t-il déclaré à propos de la Lake Forest Academy. « Avoir à vivre par moi-même et vraiment commencer à mûrir et à être discipliné pour faire les choses par moi-même ».

Cassandre a également quitté Montréal et s’est installé à Ottawa à 15 ans pour jouer pour Capital Courts.

Elle y a terminé sa carrière avec la meilleure moyenne de la ligue (25,1 points, 13,7 rebonds, 3,1 interceptions et 2,6 blocs par match) et a mené l’équipe à son tout premier championnat OSBA en 2022.

Pour l’entraîneur principal de Notre Dame, Niele Ivey, ancienne joueuse de la WNBA et mère de la recrue des Detroit Pistons, Jaden Ivey, le talent et le potentiel de Cassandre sont immenses.

« Je pense que son talent change de programme. L’avenir est brillant pour nous avec elle ici », a déclaré Ivey. « Elle est en train de s’acclimater au jeu universitaire, mais elle a un impact immédiat. … Je pense que pour nous, elle va jouer un rôle énorme dans ce que nous faisons et c’est excitant pour moi. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*