Les années 90 en folie : critique de l’épisode pilote de la série Netflix

Photo de scène de l'épisode pilote de Die wilden Neunziger !

Avec Die wilden Neunziger !, Netflix frappe à nouveau fort dans le registre rétro après Fuller House et propose la suite de l’une des sitcoms les plus populaires de la fin des années 90 et du début des années 2000. L’entrée en matière est-elle réussie ?

Ils ont remis ça. Après plus de 20 ans, le couple d’auteurs et de producteurs Turner, cette fois-ci avec leur fille Lindsey et leur collègue Gregg Mettler, propose une suite à leur sitcom à succès « Les seventies endiablées » sur Netflix (ici les nouvelles séries et films en janvier 2023). A l’instar de « Fuller House », le quatuor de producteurs mise à double titre sur la vague rétro qui sévit actuellement. D’une part, les parents Red et Kitty Forman, alias Kurtwood Smith et Debra Jo Rupp, très populaires dans l’émission, sont de la partie. D’autre part, du point de vue de l’univers de la série, l’action a été déplacée 20 ans dans le futur et se retrouve ainsi dans les années 90, très à la mode.

Afin de renforcer un peu la hype autour de « Die wilden Neunziger ! » et surtout de faire monter à bord les anciens fans, l’épisode pilote propose en outre de brèves retrouvailles avec Ashton Kutcher et Mila Kunis, qui se glissent une nouvelle fois dans leurs rôles cultes de Michael Kelso et Jackie Burkhart dans un caméo. Le fait qu’ils se marient pour la deuxième fois est un gimmick amusant qui fait naître la joie et qui devrait certainement faire sourire les téléspectateurs habituels confirmés. Pour savoir si cela vaut la peine de regarder la série, rendez-vous sur Serienjunkies.de. (Reinhard Prahl)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*