Un historien québécois obtient des photos de l’opération de sauvetage du naufrage de l’Empress of Ireland.

MONTRÉAL – Les deux photos qui ont été mises en vente sur eBay semblaient à première vue n’être rien d’autre qu’un morceau de nostalgie maritime québécoise : des hommes sur un quai au début du 20e siècle, avec une légende indiquant simplement « phare, Gaspé 1910 ».

Mais l’historien David Saint-Pierre, à qui un ami a envoyé le lien, a immédiatement su qu’il s’agissait de quelque chose de plus.

Le phare n’était pas à Gaspé, mais plutôt à Pointe-au-Père, près de Rimouski, au Québec. Et les hommes sur le quai étaient des soldats britanniques, amenés pour aider à l’opération de sauvetage après la catastrophe maritime la plus meurtrière du Canada : le naufrage du RMS Empress of Ireland en 1914.

« Dès que j’ai vu les deux photos, j’ai su que cette scène était liée au sauvetage de l’Empress of Ireland », a déclaré M. Saint-Pierre, un historien maritime qui a écrit un livre sur le naufrage.

Le paquebot de 170 mètres de long assurait le transport de passagers entre le Royaume-Uni et le Canada jusqu’à ce qu’il entre en collision avec un navire norvégien sur le fleuve Saint-Laurent le 29 mai 1914. Il n’a mis que 14 minutes à couler, entraînant la mort de 1 012 des 1 477 passagers.

M. Saint-Pierre, qui a grandi à Rimouski, a dit que l’identification des photos était facile parce que le naufrage de l’Empress est la seule fois où des soldats britanniques ont visité la région. Il a ajouté que les grandes bouées que l’on voit sur les photos, utilisées pour marquer le site du naufrage, ont fourni un autre indice.

Cependant, le travail de détective de Saint-Pierre ne faisait que commencer. Il a remarqué que l’image du dos des photos avait des morceaux de papier attachés, suggérant qu’elles avaient été tirées d’un album.

Lire aussi:  L'"usine intelligente" de Montréal vise à démontrer le potentiel de l'automatisation des entrepôts

Il a réussi à retrouver le vendeur, qui se trouvait dans le Tennessee, et a accepté d’acheter l’album entier, qui contient des centaines de vieilles photos maritimes. Parmi celles-ci, des dizaines contiennent des images de l’Empress of Ireland, y compris une photo rare d’un corps sorti de l’eau.

M. Saint-Pierre a refusé de dire combien il a payé pour l’album, bien qu’il ait déclaré qu’il était « cher » pour lui en tant que particulier. Mais il a déclaré que l’importance historique de l’album justifiait son prix.

Il y a eu une attente angoissante pour recevoir l’album, dont six semaines où il a été perdu dans le courrier. Mais au final, l’album contenait plus de 500 photos, dont 56 étaient liées à l’impératrice d’Irlande. Si quelques-unes avaient déjà été publiées sous forme de cartes postales souvenirs, « la grande majorité d’entre elles n’avaient jamais été publiées ou vues auparavant », a-t-il déclaré.

Depuis qu’il a reçu l’album à la fin de l’année 2021, M. Saint-Pierre dit qu’il a passé beaucoup de temps à en examiner le contenu. Les photos lui ont appris de nombreux faits jusqu’alors inconnus sur le sauvetage, notamment les noms de nombreux hommes qui y ont participé.

Elles lui ont également permis d’en apprendre davantage sur la nature technique de l’opération, notamment sur le fait qu’il s’agissait probablement de la première opération de sauvetage au monde à installer une chambre de décompression sur son bateau de plongée.

Il a également appris que Ralph Stratton Blydenburgh, l’ancien directeur de la Yankee Salvage Association de New York, était non seulement le propriétaire initial de l’album, mais aussi la personne qui apparaissait sur une photo largement publiée d’un homme posant avec des lingots d’or récupérés sur le navire.

Lire aussi:  Le procès pour agression sexuelle se termine pour le général de division. Dany Fortin, ancien responsable de la campagne de vaccination

Saint-Pierre a déclaré que les photos de l’album seront incluses dans un nouveau livre qu’il écrit sur l’opération de sauvetage. Mais en fin de compte, il a l’intention de faire don de ces documents historiques à un musée maritime.

Il espère que l’album apportera un peu plus de lumière sur une catastrophe qui reste relativement méconnue.

« Il est parfois un peu difficile de comprendre comment la mort tragique de plus de 1 000 personnes en 15 minutes, ici même dans le fleuve Saint-Laurent, a pu être autant oubliée », a-t-il déclaré. Le naufrage s’est produit près du début de la Première Guerre mondiale, ce qui, malgré le nombre élevé de morts, a limité l’attention qui lui a été accordée.

Il y a également eu beaucoup moins de recherches historiques sur l’Empress que sur son homologue beaucoup plus connu, le Titanic, a déclaré M. Saint-Pierre.

L’album, a-t-il dit, prouve « qu’il y a encore beaucoup de choses à apprendre ».

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 21 janvier 2023.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*