Le commissaire recommande de retarder l’examen des infirmières du Québec en raison d’un taux d’échec élevé

MONTRÉAL – Une enquête préliminaire sur les raisons pour lesquelles plus de la moitié des candidats ont échoué à l’examen d’autorisation d’exercer la profession d’infirmière au Québec l’automne dernier a révélé des « éléments inquiétants » concernant l’examen et la préparation des étudiants.

André Gariépy, le commissaire qui supervise l’accès aux ordres professionnels, a recommandé que la prochaine date pour passer l’examen soit repoussée pendant que l’enquête se poursuit.

« En l’état actuel des connaissances sur la situation de l’examen et compte tenu de l’existence d’inquiétudes, il serait imprudent d’obliger tous les candidats à se présenter à la prochaine séance de l’examen de mars 2023 », écrit-il dans le rapport provisoire publié mercredi.

Le rapport révèle que seulement 45,4 % des étudiants en soins infirmiers ont réussi l’examen de licence du 26 septembre, alors que le taux de réussite se situait entre 63 et 96 % lors des sessions précédentes.

M. Gariépy a déclaré que les étudiants en soins infirmiers ont largement blâmé ce qu’ils considèrent comme des défauts de l’examen, tandis que l’ordre des infirmières de la province a suggéré que la préparation des étudiants pourrait avoir été affectée par la pandémie de COVID-19.

« À ce stade de l’enquête, il est prématuré de commenter les causes du (faible) taux de réussite à la session de septembre 2022 « , a-t-il déclaré.

« Toutefois, une première analyse de l’ensemble des informations obtenues récemment révèle des éléments inquiétants tant sur l’examen que sur la formation des candidats. »

Le commissaire a déclaré que, bien qu’il soit trop tôt pour dire si l’examen lui-même ou la formation a conduit au taux d’échec élevé, il est probable que les étudiants ont été lésés.

Lire aussi:  Air Canada répond à la demande de voyages internationaux en élargissant ses liaisons estivales

Pour certains étudiants, le 20 septembre 2022 représentait leur dernière chance de réussir l’examen, qui ne peut être tenté que trois fois. En plus de repousser le prochain examen, M. Gariépy a recommandé que les candidats qui ont échoué pour la troisième fois en septembre aient une nouvelle chance de passer l’examen.

Compte tenu de ces préoccupations, « il serait injuste d’exclure définitivement du processus d’admission les candidats ayant subi un troisième échec à la session de septembre 2022 », a écrit M. Gariépy.

Le taux d’échec élevé est survenu à un moment où la province a du mal à embaucher et à retenir des infirmières pour travailler dans le système de santé surchargé. Le commissaire a dit avoir reçu des dizaines de plaintes au sujet de l’examen.

L’automne dernier, l’ordre des infirmières et infirmiers a déclaré qu’il offrirait des  » mesures supplémentaires  » pour soutenir les étudiants dans leur cheminement vers l’admission, mais il a exclu d’assouplir les critères de son examen. L’ordre n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaire.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 18 janvier 2023.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*