Junaid Siddique (EAU) n’est pas « intimidé » par Kieron Pollard en ILT20

Si les joueurs de cricket des EAU qui participent à la DP World International League T20 sont censés être intimidés par le fait de partager un terrain avec certaines des stars du football mondial, personne ne l’a dit à Junaid Siddique.

Pour la deuxième fois en l’espace de quatre jours, les Sharjah Warriors ont été battus à plate couture par les MI Emirates mardi, mais le lanceur rapide Siddique a refusé de se rendre sans se battre. Presque littéralement.

À un moment donné, dans les derniers instants de la rencontre au Sharjah Cricket Stadium, il semblait fort possible qu’il en vienne aux mains avec un joueur qui est sans doute la plus grande star – au sens propre comme au sens figuré – de l’événement.

Siddique a reçu la balle alors que le MI Emirates n’avait besoin que de 17 points pour gagner, et qu’il avait tout le temps de le faire. A l’autre bout du terrain se trouvait la figure imposante de Kieron Pollard.

Lorsque le Trinidadien a joué et manqué la deuxième balle, Siddique avait quelque chose à dire. Pollard, qui avait auparavant réalisé un extraordinaire six de 101 m sur le toit du pavillon, a enchaîné les deux balles suivantes pour quatre et six.

Puis, à la cinquième balle de la passe, il a joué par-dessus une livraison longue et a été libéré, à la grande joie de Siddique.

Le lanceur rapide des Émirats arabes unis a suivi la ligne sur laquelle Pollard devait rentrer au vestiaire, et est resté là, les bras croisés.

Les aficionados du format court du cricket savent que Pollard peut être coléreux s’il est vraiment poussé.

En 2014, il a eu une vilaine altercation avec Mitchell Starc lors d’un match de l’Indian Premier League, au cours duquel l’imposant Trinidadien a lancé sa batte en direction du rapide australien. Par coïncidence, Starc a été rarement aperçu dans l’IPL depuis lors.

Lire aussi:  Football : L'ancienne star japonaise Shinji Kagawa rejoint le Cerezo en J-League

Avec cela en tête, les premiers pas de Pollard vers Siddique étaient tendus. Il s’est approché de son orbite, l’a frappé dans l’estomac avec sa batte – puis a passé son bras autour de son épaule, et le duo a marché joyeusement vers le pavillon ensemble.

« Non, pourquoi le ferais-je ? » Siddique a répondu lorsqu’on lui a demandé s’il craignait d’avoir dépassé les bornes avec son homologue.

« Si j’étais du genre à me laisser intimider, je ne me serais pas approché de lui en premier lieu.

« Je ne l’ai pas frappé. En fait, il n’arrêtait pas de me regarder depuis l’extrémité du non-striker, pendant que je jouais au bowling. C’est pourquoi, quand j’ai pris son wicket, je suis allé, je me suis levé et je l’ai regardé. »

Lorsque Siddique a commencé son altercation avec Pollard plus tôt dans la manche, il semblait que Nicholas Pooran, le non-striker, et Moeen Ali, son capitaine, s’interrogeaient sur la sagesse de tout cela.

En fait, tous deux donnaient des conseils tactiques, selon Siddique.

« Pooran me disait de ne pas jouer à fond sur lui, sur ses points forts », a déclaré Siddique, qui avait été un coéquipier de Pooran dans le T10 d’Abu Dhabi dans le passé.

« Mais je lui ai dit que c’était mon plan. Nous ne pouvions pas être défensifs. Nous jouions contre un total inférieur et je devais attaquer.

« [And Moeen] disait : ‘Tiens-toi à ce que tu dois faire, comme te concentrer sur ta ligne et ta longueur et ne pas mettre trop de variations dans le sort’. Ce n’était pas lié à cet incident. »

Lire aussi:  La "fille en or" des Émirats arabes unis, Shamma Al Kalbani, ouvre la voie à la prochaine génération de stars du jiu-jitsu.

L’incident s’est terminé de façon si joviale qu’on aurait pu croire que Siddique et Pollard étaient en train de préparer un dîner alors qu’ils rentraient ensemble au pavillon. Ce n’est pas le cas, selon Siddique.

« Pollard m’a dit la même chose que Pooran », dit-il.

« Il se demandait pourquoi je jouais au bowling plus complet pour lui et dans sa zone. Et je lui ai dit la même chose. Il m’a frappé pour un six et j’ai pris son guichet. »

Bien que son équipe ait perdu, le duel de Siddique avec Pollard a prouvé ce que ses collègues des Émirats arabes unis savent depuis longtemps : il ne se dérobe pas à une bataille, quel que soit l’adversaire.

« J’ai toujours joué comme je le fais », a déclaré Siddique.

« Pollard est un gars tellement âgé. Il a joué plus de matches que je n’en ai vus dans ma vie.

« Mais quand vous êtes sur le terrain, vous devez appuyer vos compétences et surtout contre un joueur de sa stature. Si on se laisse intimider par la réputation, ce n’est tout simplement pas du cricket. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*