Rafael Nadal « détruit mentalement » après son élimination de l’Open d’Australie, mais promet de « continuer à se battre ».

C’est un spectacle qui, malheureusement, a été bien trop fréquent tout au long de l’incomparable carrière de Rafael Nadal.

Il est vrai que l’Espagnol avait démarré doucement au deuxième tour de la défense de son titre à l’Open d’Australie contre l’Américain Mackenzie McDonald, où il s’est retrouvé mené d’un set et d’un break au deuxième tour.

Mais toute chance de retour de Nadal a été anéantie par un mouvement soudain : en courant pour un revers, la tête de série s’est tordu la hanche gauche, et après l’inspection d’un entraîneur alors qu’il était mené 6-4, 5-3, Nadal a quitté le court pour un temps mort médical.

À partir de là, Nadal était pratiquement immobile et pouvait à peine frapper son revers, mais il a continué à se battre avant de s’incliner 6-4, 6-4, 7-5 face au 65e joueur mondial McDonald.

Il s’agit de l’élimination la plus précoce de l’Espagnol d’un tournoi majeur en sept ans, et on se demande si sa longue liste de blessures ne le rattrape pas. Ses saisons 2021 et 2022 ont été sévèrement affectées par une blessure au pied de longue durée, avant qu’une déchirure de l’abdomen à Wimbledon l’année dernière n’entraîne une autre mise à pied de six semaines. Au total, Nadal a manqué 11 tournois du Grand Chelem dans sa carrière pour cause de blessure.

Pourtant, alors que les discussions sur l’avenir de Nadal ne manqueront pas de refaire surface, le recordman des 22 tournois du Grand Chelem a insisté sur le fait qu’il allait se battre, même s’il a admis que ce revers l’avait « détruit mentalement ».

« Ce n’est pas le bon moment pour vivre une telle expérience. [injury]mais au final, il faut continuer », a déclaré Nadal, 36 ans. « C’est parfois frustrant et difficile à accepter. Parfois, vous vous sentez super fatigué par toutes ces choses en termes de blessures.

Lire aussi:  Le Népal bat les Émirats arabes unis dans le deuxième ODI et mène la série à son terme.

« Je ne peux pas venir ici et mentir en disant que la vie est fantastique et que je reste positif. Pas maintenant, mais demain commence un autre jour, maintenant c’est un moment difficile, une journée difficile. Il faut l’accepter et continuer à avancer.

« En fin de compte, je ne peux pas du tout me plaindre de ma vie. Pour ce qui est du sport, des blessures et des moments difficiles, c’en est un autre. Je ne peux pas dire que je ne suis pas détruit mentalement en ce moment car je mentirais.

« On verra, j’espère que ce n’est pas trop grave. J’ai eu trois semaines positives en termes d’entraînement, donc j’espère vraiment que cela ne me tiendra pas éloigné des courts pendant une longue période, parce qu’il sera alors difficile de récupérer à nouveau et d’effectuer la quantité de travail nécessaire pour revenir à un niveau décent. Je suis passé par ce processus trop souvent dans ma carrière. Je suis prêt à continuer, je pense, mais ce n’est pas facile, sans aucun doute. »

À son arrivée en Australie, Nadal a presque immédiatement répondu aux questions sur son éventuelle retraite, auxquelles il a sèchement répondu qu’il ferait lui-même l’annonce le moment venu.

Inévitablement, on a demandé à l’Espagnol pourquoi il continue à s’infliger la déception d’une blessure et l’ennui d’un rétablissement, alors qu’il a tant accompli dans sa carrière, et sa réponse a été très simple.

« J’aime ce que je fais. J’aime jouer au tennis, je sais que ce n’est pas pour toujours », a-t-il déclaré. « J’aime être compétitif. Et c’est tout. Ce n’est pas trop compliqué à comprendre. Lorsque vous aimez faire une chose, à la fin, le sacrifice a toujours un sens. Lorsque vous faites des choses que vous aimez faire, ce n’est pas un sacrifice ; le sacrifice consiste à faire des choses que vous ne voulez pas faire – ce n’est pas mon cas. »

Nadal a toutefois admis que si la blessure à la hanche s’avérait être un autre problème à long terme, il serait de plus en plus difficile de revenir au plus haut niveau.

« C’est fatiguant, je suis frustré de passer une grande partie de ma carrière de tennis dans le processus de récupération, mais je l’ai accepté et j’ai réussi à bien le gérer », a-t-il déclaré. « Mais les sept derniers mois ont été une période difficile. Je ne sais pas ce qui se passera à l’avenir mais je dois éviter une autre longue période. [away] parce qu’ensuite c’est difficile.

« Être absent pendant sept mois en ne jouant presque rien et ensuite si je dois passer un long moment à nouveau [not playing] c’est super difficile de trouver un rythme, d’être compétitif et d’être prêt à se battre pour les choses pour lesquelles je veux me battre. On va voir comment va évoluer la blessure et ensuite on verra comment je peux suivre le calendrier. « 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*