Une New-Yorkaise enlevée et passée clandestinement au Québec en 2020 témoigne de son calvaire

MONTRÉAL – Une femme du nord de l’État de New York qui a été enlevée, introduite clandestinement au Québec et retenue dans un chalet pendant deux jours a dit à un jury mardi qu’elle vit toujours avec les conséquences de l’enlèvement de septembre 2020.

Sandra Helm témoignait au procès de Gary Arnold, un Québécois accusé d’avoir comploté pour enlever Helm et son défunt mari, James, à cause d’une dette de leur petit-fils. Arnold, 54 ans, de Godmanchester, au Québec, fait face à sept chefs d’accusation, dont enlèvement, extorsion et complot.

La cour a appris que l’enlèvement du couple septuagénaire était lié à une transaction de cocaïne ratée impliquant leur petit-fils Mackenzie Helm, qui avait été arrêté six jours plus tôt dans le Vermont avec 50 kilogrammes de cocaïne.

Sandra Helm a identifié Arnold comme l’un des deux hommes qui sont entrés dans leur maison à Moira, N.Y., le 27 septembre 2020. Elle a déclaré que son mari était allé se coucher ce dimanche soir lorsque deux hommes ont défoncé la porte et ont ordonné au couple de s’habiller.

Ils ont été enlevés de leur maison et transportés par ferry au Québec en passant par le territoire mohawk d’Akwesasne, avant d’être conduits à Magog, au Québec, à environ 125 kilomètres au sud-est de Montréal.

Helm a déclaré qu’ils étaient en grande partie gardés dans le sous-sol d’un chalet, son mari étant parfois autorisé à sortir pour fumer. Elle a déclaré à la cour que malgré les assurances de ses ravisseurs qu’elle et son mari seraient emmenés sur un bateau pour retourner à New York, elle ne pensait pas qu’ils seraient libérés.

Lire aussi:  M. Trudeau rencontre Mme Truss et d'autres dirigeants mondiaux avant les funérailles de la reine.

« Je ne pensais sincèrement pas que nous rentrerions un jour à la maison ….. Je n’arrive pas à croire qu’après les avoir vus, ils allaient juste nous laisser partir », a-t-elle dit. « Nous avons vu leurs visages. »

Alors que leurs ravisseurs les déplaçaient vers un véhicule, une unité tactique de la police est intervenue pour libérer le couple. Helm a dit qu’elle est tombée dans le tumulte et a eu peur, mais un officier lourdement armé l’a rassurée en lui disant qu’elle était sauvée.

Même aujourd’hui, plus de deux ans après, Helm dit qu’elle a peur de sortir après la tombée de la nuit et s’inquiète d’être seule.

« J’ai tout le temps peur que quelqu’un vienne à nouveau dans la maison », dit-elle. Elle dit qu’elle utilise un deux par quatre pour bloquer les portes avant et arrière afin qu’elles ne puissent pas être enfoncées et a installé des caméras de sécurité autour de sa maison rurale.

Plus tard mardi, son fils Michael Helm, qui a signalé la disparition de ses parents à la police de l’État de New York, a parlé à la cour de plusieurs appels qu’il a reçus des ravisseurs de ses parents. Les jurés ont entendu les enregistrements de la police des conversations, dans lesquelles les ravisseurs exigeaient qu’il remette soit les 50 kilogrammes de cocaïne manquants, soit 3,5 millions de dollars, soit son neveu Mackenzie Helm.

Michael Helm a déclaré que ses parents avaient élevé Mackenzie depuis qu’il était nourrisson mais qu’ils s’étaient brouillés avec lui à cause de la drogue et de vols de biens.

Lire aussi:  Alimentation Couche-Tard voit ses bénéfices augmenter grâce aux ventes de gaz au cours du dernier trimestre.

Lundi, les jurés ont appris que James Helm est mort en 2021 et ils ont entendu une déclaration vidéo qu’il a faite depuis un hôpital de Sherbrooke, au Québec, aux enquêteurs de la police provinciale du Québec, du FBI et de la police de l’État de New York.

Après avoir présenté 13 témoins et une abondance de preuves d’écoute électronique, de textos et de messages téléphoniques, la Couronne a déposé sa cause mardi. Le procès reprendra jeudi, lorsque la défense annoncera ses intentions au jury.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 17 janvier 2023.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*