Manchester United surprend City dans un derby passionnant et s’immisce dans la course au titre de Premier League.

Manchester United est à nouveau un sérieux prétendant au titre de Premier League pour la première fois depuis ce qui semble être une éternité après son impressionnante victoire 2-1 contre Manchester City samedi.

Marcus Rashford a poursuivi son ascension remarquable, passant des profondeurs du désespoir la saison dernière au buteur le plus puissant de la ligue, affichant un record récent dont Erling Haaland serait fier, en marquant pour un septième match consécutif pour régler un derby palpitant.

Mais il y avait des héros partout sur le terrain, de Luke Shaw, qui s’est révélé être l’un des meilleurs défenseurs centraux du jeu, à Casemiro, le remplaçant de Roy Keane que United attendait depuis trop longtemps.

Mais les buts de Bruno Fernandes et de Rashford ont permis aux stars d’Erik ten Hag de revenir au sommet du jeu et de revenir à un point des champions.

Il faudrait un effort monumental à Ten Hag pour renverser l’avance d’Arsenal, mais le fait qu’ils soient encore dans la course au titre est remarquable.

La première mi-temps a été une véritable démonstration défensive de Ten Hag, une leçon pour le reste de la Premier League sur la façon d’étouffer City et de contrer son pressing.

Le patron de United était sans équivoque dans ses notes de programme d’avant-match, appelant à ne pas se reposer sur ses lauriers, et défensivement, c’est ce qu’il a obtenu en première période.

Une ligne arrière qui n’avait plus encaissé de but à domicile en championnat depuis début septembre contre Arsenal n’a jamais semblé perturbée par le phénomène Haaland et ses coéquipiers.

Lire aussi:  Le Pakistan souffre de l'absence d'Agha Salman et les spinners du Sri Lanka dominent le deuxième test.

Avec Fred comme homme supplémentaire au milieu de terrain, Shaw qui semble de nouveau à l’aise en tant que défenseur central et Casemiro qui forme un mur quasi impénétrable devant la défense, City n’a pas eu l’occasion de se faire remarquer.

Rashford aurait vraiment dû ouvrir le score en contournant Ederson au milieu de la première mi-temps, mais sa frappe était bloquée sur la ligne par Manuel Akanji.

L’attaquant anglais en forme a ensuite été contré par Ederson dans ses pieds alors que United continue de presser.

La deuxième mi-temps, cependant, a été une histoire très différente. Même si Antony Martial s’est montré extrêmement inefficace en première période, son retrait à la mi-temps a laissé United sans point de mire, ce qui les a rendus beaucoup moins menaçants. Une situation que City a exploitée avec délectation.

Ten Hag aurait pu se passer du nouveau prêt Wout Weghorst, qui n’a pu que regarder depuis les tribunes, lorsqu’un centre de Kevin De Bruyne a atterri sur la tête de Grealish, qui ne pouvait pas le manquer juste après l’heure de jeu. Ce n’est pas une mauvaise façon d’entrer dans le match, 193 secondes après avoir remplacé l’infructueux Phil Foden.

Le fait d’être mené à domicile en championnat n’est pas un sentiment familier pour United, et le public s’impatiente lorsque les derniers ballons de Fernandes et Christian Eriksen ne trouvent pas de cible. Les options devant les deux joueurs, en toute honnêteté, brillaient par leur absence.

Cependant, le Ten Hag’s United est une toute autre bête, avec des joueurs qui ne savent pas quand ils sont battus.

Lire aussi:  Un Haaland de haut niveau peut marquer 800 buts

Casemiro est l’incarnation de ce nouveau courage. Il a permis à United de continuer à pousser et a offert une passe parfaite à Fernandes pour égaliser à 12 minutes de la fin, alors que Rashford avait été signalé hors-jeu.

Mais il n’y avait rien à redire à la victoire de Rashford, qui trouvait le chemin des filets pour le neuvième match consécutif à Old Trafford, à la suite d’un superbe centre à ras de terre du supersub Alejandro Garnacho.

Les champions n’ont jamais semblé pouvoir égaliser en fin de match, et United a tenu bon pour remporter sa deuxième victoire à domicile sur City en huit tentatives.

Les célébrations étaient sauvages, avec Raphael Varane comme meneur, lançant les coups de poing à la foule. La course au titre, dans cette partie de Manchester, est enfin revenue dans le langage courant.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*