Quatre sénateurs américains demandent une enquête indépendante sur FTX et les sociétés liées afin de garantir la justice.

Quatre sénateurs américains demandent instamment à un juge fédéral des faillites de statuer en faveur d’une enquête indépendante sur FTX et ses sociétés apparentées.

Les sénateurs américains John Hickenlooper, Thom Tillis, Elizabeth Warren et Cynthia Lummis ont envoyé une lettre au juge John Dorsey du tribunal fédéral des faillites du district du Delaware pour soutenir une demande de nomination d’un examinateur indépendant dans le cadre de la procédure de faillite de FTX.

Selon la lettre, les sénateurs sont préoccupés par le fait que le cabinet d’avocats Sullivan &amp ; Cromwell représente FTX au cours de la procédure et travaille avec la nouvelle équipe de direction de la société pour découvrir des soupçons de malversation.

« Nous pensons qu’il est essentiel qu’un examinateur fort, objectif et désintéressé soit nommé dans cette affaire pour mener une enquête approfondie sur FTX, FTX US et ses entités liées afin de découvrir les faits nécessaires pour assurer aux clients de FTX – et au grand public – que la justice est rendue et pour informer le Congrès de l’examen de la future législation sur les actifs numériques ».

Les sénateurs allèguent que le cabinet d’avocats n’est pas une partie « désintéressée » puisqu’il a « conseillé FTX pendant des années avant son effondrement et que l’un de ses partenaires a même été l’avocat général de FTX ».

« De plus, de manière quelque peu choquante, Sullivan &amp ; Cromwell prétend être ‘désintéressé’ au sens du Code américain des faillites. Pourtant, des questions importantes sur l’implication du cabinet dans les opérations de FTX restent sans réponse, y compris la mesure dans laquelle les avocats de Sullivan &amp ; Cromwell ont posé des questions ou soupçonné une fraude ou l’absence de contrôles juridiques appropriés, la portée réelle de la représentation de FTX par Sullivan &amp ; Cromwell et, si ce n’est pas Sullivan &amp ; Cromwell, quel cabinet d’avocats a réellement servi de ‘premier conseil externe’ aux débiteurs…

En termes clairs, le cabinet n’est tout simplement pas en mesure de découvrir les informations nécessaires pour garantir la confiance dans toute enquête ou conclusion.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*