Politique. Ce mardi après midi, nous avons rencontré Matthieu Lamarre, le responsable web du MoDem, à son lieu de travail dans le 7e arrondissement de Paris. Portrait de ce mystérieux spécialiste de la communication politique sur Internet issu de Bures-sur-Yvette dans le 91.

  • Photo : Mathieu Lamarre dans les locaux de campagne de François Bayrou. (QD/EI)

A 22 ans, Matthieu Lamarre s’occupe de la communication web de la campagne du MoDem, qui passe pour être l’une des mieux organisées parmi les candidats. Après des études d’histoire dans une université parisienne, le jeune homme s’est très vite intéressé à la vie politique et au parti de François Bayrou : « Il me semble être le politicien le plus franc, et le plus à même de régler certains problèmes », nous précise t-il.

Parallèlement à ses études, il commence sa carrière en tant que journaliste, il écrit entre autres pour le groupe l’Etudiant de 2007 à 2009, puis à Massy où il est responsable web et journaliste, ainsi que dans diverses associations souvent rattachées au mouvement démocrate et à la jeunesse.

C’est en 2006, qu’il décide de s’engager politiquement en intégrant l’UDF. Il participe partiellement à la présidentielle de 2007 aux côtés de François Bayrou et aux législatives. Un an plus tard Jean-François Vigier le repère et lui offre la possibilité de s’impliquer davantage au niveau local pour être directeur de campagne des municipales de Bures-sur-Yvette pour le MoDem.

Usager quotidien du RER B

En décembre 2010, le MoDem, alors à la recherche d’un responsable web en vue de l’élection présidentielle, tombe sur le jeune Essonnien, qui accepte l’offre. Le voilà en immersion totale avec le monde politique, plus question de temps partiel, bien qu’il tienne à souligner : « Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de concevoir la politique comme un métier à part entière, il faut savoir garder les pieds sur terre ».

Le voilà donc lancé dans cette grande machine. Le rythme effréné se mêle à l’implication constante qu’exige l’utilisation des réseaux sociaux, puisque François Bayrou est un candidat « high tech », qui use notamment de Twitter pour interagir avec les citoyens connectés.
Et histoire de prouver que notre homme est bien motivé, au cas où vous auriez encore des doutes, celui-ci n’a pas pris de logement sur Paris, mais continue de vivre l’aller-retour quotidien du RER B pour rentrer dans sa commune qui lui est si chère et gérer son mandat en tant qu’adjoint au maire.

Une question nous démangeait depuis le début de l’échange, avec son CV impressionnant, que compte t-il faire une fois le rush des élections passé : « Après la campagne, je pense prendre quelques jours de vacances bien méritées », nous glisse t-il avec malice.