Djokovic et Jabeur font partie du comité de l’Association des joueurs de tennis professionnels

Novak Djokovic et Ons Jabeur font partie des huit joueurs de haut niveau qui formeront le premier comité exécutif de l’Association des joueurs de tennis professionnels (PTPA), qui vise à devenir un « groupe de défense des intérêts des joueurs de tennis ».

Le comité, qui devrait être annoncé avant l’Open d’Australie de la semaine prochaine, comprend également le cofondateur Vasek Pospisil, le Polonais Hubert Hurkacz, les Américains John Isner et Bethanie Mattek-Sands, l’Espagnole Paula Badosa et le Chinois Zheng Saisai.

Il s’agit d’une étape cruciale pour le PTPA, qui a divisé le monde du tennis – mettant le puissant Djokovic en face de la vieille garde du sport – alors qu’il accélère ses plans pour créer un « véritable siège » à la table des négociations.

« Tout porte à croire que ce sera un grand moment pour notre sport », a déclaré le Canadien Pospisil à Reuters. « Chaque joueur que nous avons là est très respecté, très apprécié, intelligent. Ils seront d’énormes atouts et nous avons beaucoup de chance qu’ils nous aient rejoints. »

Cela fait plus de deux ans que les Serbes Djokovic et Pospisil ont provoqué une onde de choc dans le tennis en se retirant du conseil des joueurs ATP et en annonçant la création d’un groupe dissident.

L’ATP, qui gère le circuit masculin, et plusieurs joueurs ont été choqués par cette initiative et les instances dirigeantes du sport n’ont pas encore publiquement adopté l’idée.

Djokovic, 21 fois champion du Grand Chelem, a déclaré que la PTPA pourrait coexister avec l’ATP, qui a été créée par les joueurs en 1972 mais dont le conseil d’administration comprend une représentation égale des propriétaires de tournois.

Lire aussi:  Le président du CIO, Thomas Bach, revient sur les Jeux olympiques de Tokyo un an plus tard

« En fin de compte, je pourrais comprendre pourquoi ils voudraient garder le statu quo », a déclaré Pospisil. « (Mais) je pense qu’il est juste et équitable que les joueurs aient leur association comme, vous savez, la plupart des autres sports. »

Les associations de joueurs n’ont rien de nouveau dans le sport professionnel, mais contrairement à la National Football League et à la National Basketball Association, où les joueurs participent à des syndicats, les joueurs de tennis fonctionnent comme des entrepreneurs indépendants.

Novak Djokovic est impliqué dans la PTPA depuis le début, lorsqu'elle a été annoncée il y a deux ans. Reuters

Djokovic a déclaré aux journalistes la semaine dernière à Adélaïde qu’il espérait que davantage de joueurs reconnaîtraient le potentiel de la PTPA, ajoutant que « cette association doit vivre. »

Le directeur exécutif Ahmad Nassar a déclaré que l’un des principaux défis a été de faire comprendre aux gens ce qu’est la PTPA et comment elle représente les joueurs.

« C’est un groupe de défense au nom des joueurs de tennis. OK, histoire cool. Mais alors quoi ? Qu’est-ce que cela signifie ? » a-t-il déclaré à Reuters. « Je pense que nous devons répondre à cette question. »

Cette réponse est un ensemble de principes directeurs, qui devraient être révélés mercredi, qui incluent des sujets allant du bien-être des joueurs à leur droit d’organisation.

La tension qui couve entre la PTPA et la vieille garde du sport survient au milieu d’un fossé brutal dans le golf, où le LIV Tour, soutenu par l’Arabie Saoudite, a attiré les meilleurs talents de l’ancien PGA Tour, ce qui a provoqué une bataille juridique et une guerre des mots.

Lire aussi:  Cristiano Ronaldo, en larmes, lors de la défaite de Manchester United à Brentford - en images
Le cofondateur de la PTPA, Vasek Pospisil, estime qu'il est

M. Nassar a ajouté que si la PTPA n’avait aucun intérêt à mettre en place un « LIV Tour de tennis », elle serait prête à discuter de toute proposition susceptible d’augmenter les revenus des joueurs si elle était approchée.

« Nous nous engagerions avec toute personne intéressée à faire en sorte que les joueurs soient rémunérés plus équitablement et que davantage de joueurs soient en mesure de gagner leur vie en pratiquant le sport qu’ils aiment. »

Le comité exécutif se réunit à un moment charnière pour la PTPA, qui a lancé en août sa branche à but lucratif.

M. Nassar a déclaré qu’un budget annuel de 5 à 10 millions de dollars était nécessaire pour faire le travail pour les athlètes répartis dans le monde entier, bien qu’il n’ait pas de projet immédiat de faire payer des cotisations.

« Il est important pour nous, vous savez, même 50 ou 100 $ (cotisations) de ne pas avoir cela pour commencer à vraiment démontrer, ‘Hey, nous existons pour bénéficier le groupe des joueurs de tennis professionnels, hommes et femmes’, et de le montrer, le prouver », a-t-il déclaré.

« Et puis, vous savez, si cela a du sens à un moment donné de pouvoir faire payer des cotisations, peut-être que nous le ferons. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*