Le FC Montréal licencie un entraîneur pour des commentaires antérieurs suggérant l’assassinat du premier ministre du Québec

MONTRÉAL – Le FC Montréal a congédié l’entraîneur de son équipe de réserve à la suite des réactions politiques suscitées par des commentaires vieux de plusieurs années sur son compte Twitter, suggérant que l’ancien premier ministre du Québec devrait être assassiné.

Le club de la Major League Soccer a annoncé mardi qu’il mettait fin à son contrat avec Sandro Grande, moins d’un jour après avoir annoncé son embauche. Le président et directeur général de l’équipe, Gabriel Gervais, a déclaré que c’était une « erreur » de l’engager avec l’équipe.

« Nous reconnaissons que l’embauche de Sandro Grande était une erreur et nous regrettons les répercussions de cette décision », a déclaré Gervais dans un communiqué, présentant ses excuses.

« De toute évidence, nous avons manqué de sensibilité et avons largement sous-estimé les commentaires et les gestes qu’il a faits il y a plusieurs années ».

Grande était sous le feu des critiques pour des commentaires sur les médias sociaux qu’il a faits à la suite de la fusillade de la soirée électorale de 2012 au Québec à l’extérieur d’un rassemblement du Parti québécois avec la chef Pauline Marois. Un message de son compte Twitter disait : « La seule erreur que le tireur a faite hier soir a été de manquer sa cible ! !! Marois ! !! La prochaine fois mon pote ! Avec un peu de chance ! »

Cette nuit-là, un tireur a abattu le technicien d’éclairage Denis Blanchette à l’arrière de la salle et a grièvement blessé un deuxième technicien, David Courage, qui a été touché par la même balle.

Grande avait prétendu que son compte avait été piraté, selon La Presse, mais l’ancien joueur de soccer a admis avoir traité les électeurs séparatistes de « péquenauds » et de « stupides ».

Lire aussi:  Juraj Slafkovsky marque le premier but de sa carrière et les Canadiens battent les Coyotes 6 à 2.

Il s’est excusé à l’époque pour ces commentaires sur son fil Twitter, et lundi, il a présenté de nouvelles excuses, dans un communiqué du club annonçant son embauche.

« Je suis très reconnaissant et heureux d’avoir l’opportunité de revenir dans le club que j’aime depuis mon enfance », a déclaré Grande. « J’ai fait de graves erreurs il y a plusieurs années et je suis profondément désolé d’avoir manqué de respect à qui que ce soit ».

Grande a ajouté qu’il avait beaucoup appris depuis et qu’il était impatient de rejoindre l’organisation où « les valeurs d’inclusion et de diversité sont fondamentales. »

Grande avait joué avec l’organisation mais avait été libéré en 2009 pour avoir attrapé son coéquipier Mauro Biello à la gorge pendant un entraînement.

« Je pense qu’il est important d’utiliser nos expériences personnelles pour s’améliorer continuellement et corriger nos erreurs passées », a déclaré Grande.

La réaction politique à son embauche a été immédiate et presque unanime.

Le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon a qualifié la décision de l’équipe d’inacceptable dans une série de tweets lundi.

« J’ai lu ses excuses (lundi) qui sont insuffisantes et qui ne mentionnent pas le groupe qu’il visait (les souverainistes) ni la personne qu’il voulait voir tuer (Pauline Marois) », a écrit St-Pierre Plamondon.

« Il a tenu à plusieurs reprises des propos orduriers et criminels visant plus de deux millions de Québécois séparatistes ; cette caution tacite du CF Montréal est intenable et extrêmement inconfortable », écrit-il.

Le premier ministre François Legault a salué mardi la décision du club. « Cette histoire doit nous rappeler l’importance de ne jamais banaliser l’attentat[…]survenu en septembre 2012 », a tweeté M. Legault.

Lire aussi:  La société de technologies de paiement Nuvei signe un accord évalué à 1,3 milliard de dollars pour racheter Paya

Le député libéral Marwah Rizqy a également dénoncé l’embauche. « Mme Pauline Marois a été victime d’une attaque politique. Mme Marois s’est levée face à la terreur, littéralement ! C’est à nous aujourd’hui de nous tenir debout. Ne banalisons ni les gestes ni les paroles », a écrit Rizqy.

Grande avait été engagé avec Patrick Viollat pour superviser l’équipe de réserve. Le club indique que Viollat sera désormais l’entraîneur principal de cette équipe.

Gervais devrait rencontrer les journalistes plus tard mardi.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 10 janvier 2023.

Note aux lecteurs : Ceci est une histoire corrigée. Une version précédente indiquait que le commentaire sur la fusillade de la soirée électorale avait été fait sur le compte Facebook de Grande.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*