Le milliardaire Chamath Palihapitiya prédit que le troisième chapitre de l’inflation aura lieu en 2023 – voici sa stratégie.

Le milliardaire Chamath Palihapitiya, spécialiste du capital-risque, s’attend à ce que l’inflation persiste cette année alors qu’un nouveau scénario prend forme.

Dans un nouvel épisode du podcast All-In, Palihapitiya prédit que l’inflation ne tombera pas d’une falaise aussi vite que les gens le souhaitent.

« Je vais expliquer l’inflation en trois chapitres différents, et nous avons vu les deux premiers chapitres se dérouler. En 2021, le premier chapitre était consacré à l’inflation de l’énergie… Elle a provoqué ce pic initial de l’inflation, puis elle est retombée…

2022 était vraiment l’histoire de l’inflation des biens. Tous ces prix et toutes ces choses ont augmenté parce que les coûts des intrants ont augmenté, et nous avons tous dû en supporter les conséquences. Mais ensuite, cela a commencé à s’atténuer.

Maintenant, si vous regardez la fin de l’année 2022, ce que j’ai trouvé super intéressant, c’est le nombre d’articles que j’ai vus sur l’inflation des salaires, que ce soit Biden qui utilise une loi de l’époque des années 1800 pour empêcher une grève des chemins de fer, le nombre d’États qui ont augmenté le salaire minimum… [or] la tendance à la syndicalisation. En général, je pense que le pendule s’éloigne très nettement du capital et se rapproche du travail.

Et comme le taux de participation au marché du travail reste bas et continue de baisser, et que cela est aggravé par un taux de chômage qui peut augmenter, il sera de plus en plus difficile de trouver des gens pour faire le travail dont vous avez besoin dans l’entreprise que vous avez, à moins de les payer plus.

Si cela devient exagéré, alors l’inflation restera là où elle est ».

Le milliardaire affirme que sa stratégie sera conservatrice et probablement centrée sur l’investissement dans des obligations d’État, car il s’attend à ce que l’inflation reste élevée.

Lire aussi:  Kevin O'Leary, de Shark Tank, estime que trois choses doivent se produire pour que les crypto-monnaies soient adoptées en masse.

« J’aurais une combinaison de liquidités et de l’extrémité avant de la courbe de rendement, donc des bons du Trésor jusqu’aux obligations à deux ans. Vous pouvez générer 4,5 %, probablement d’ici la fin de l’année, 5 % en toute sécurité en détenant ces titres en attendant que les choses deviennent plus sûres. La façon dont je vois les choses, c’est que je préfère rater les premiers 10 ou 15 % d’un rallye une fois que nous en aurons vraiment fini avec ce genre de choses plutôt que d’essayer de surcorriger et de choisir un fond. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*