Société. Ce sont les mots d’Eric Sapin, coordinateur de l’association Alternat, pour expliquer le rôle de ses deux péniches, placées sous le signe de la solidarité. C’est en Essonne que l’association souhaite développer ses projets.

  • Photo : la cabine de pilotage de la péniche Bali . (QB/EI) 

Ce mardi, Essonne Info a été chaleureusement accueilli sur Bali, l’une des deux péniches de l’association Alternat, actuellement amarrée à Juvisy. Fraîchement rénovée par des jeunes bénévoles de l’association Uni-Cité, Bali est ce qu’on appelle un centre socioculturel embarqué, comme sa jumelle, la péniche Alternat. Formations, événements culturels, projections, débats, ces deux lieux ont pour but d’accueillir toutes formes d’événements associatifs. Mais l’association Alternat a une visée bien plus grande : promouvoir la paix, le lien humain, la vie associative. Dans sa charte, rédigée au milieu des années 1990, l’Alternat se fixe six grands défis dont la démilitarisation de la planète, la solidarité entre les peuples et la sauvegarde de l’environnement.

Redonner vie aux berges

A travers ces objectifs, Bali et Alternat revendiquent un espace sur le domaine public fluvial consacré aux initiatives d’intérêt général. Difficile de se faire une place sur un fleuve essentiellement réservé aux activités lucratives et aux transports. Avec un large panel d’événements associatifs, ces deux péniches pourraient redonner un peu de vie et d’humanité aux berges, qui souffrent de ce manque. Eric Sapin, explique cette ambition.