Noël au cricket, le Nouvel An à Karachi et un titre de champion du Pakistan pour l’ex-entraîneur de l’UAE

Loin des paillettes de la Pakistan Super League et du glamour du cricket international, un duo d’entraîneurs anglais a creusé un sillon discret mais gratifiant à travers le Pakistan cet hiver.

Paul Franks, l’ancien entraîneur des Émirats arabes unis, et son collègue du comté de Nottinghamshire, Bilal Shafayat, ont conclu cette semaine trois mois d’entraînement dans l’échelon supérieur du football professionnel du pays.

L’équipe du Central Punjab a remporté la Pakistan Cup, la plus haute compétition de football de 50 ans du pays, lundi à Karachi.

La victoire sur le Balochistan en finale était une répétition du résultat que les deux équipes avaient obtenu plus tôt dans la phase de championnat de la compétition – un match qui a été joué le jour de Noël.

« C’est la première fois que je fais cela – et cela a fait un Noël heureux », a déclaré Franks.

« Malgré le fait que nous étions à Karachi, qui a une forte population chrétienne, j’avais fait une croix sur Noël. En prenant cette responsabilité, c’était un sacrifice que je devais faire.

« J’ai apprécié la compagnie du personnel le soir, et nous avons essayé de nous concentrer sur ce pourquoi nous étions là. Sur le plan familial, j’ai pu rattraper le temps perdu avec eux à différents moments de la journée. »

Pour Franks, qui a également été entraîneur de l’équipe d’Abu Dhabi en T10 ces dernières saisons, ce rôle temporaire d’entraîneur d’hiver lui a rappelé de bons souvenirs.

L’ancien joueur de Nottinghamshire avait effectué une tournée au Pakistan avec l’équipe anglaise des moins de 19 ans 25 ans plus tôt.

« C’était il y a longtemps – je suis un peu âgé maintenant », a déclaré Franks, 43 ans. « C’était en 1997/98, et beaucoup de choses ont changé depuis. Le pays a beaucoup évolué. J’avais déjà visité un grand nombre des endroits où nous sommes allés.

Lire aussi:  Novak Djokovic est "heureux de sa performance" alors qu'Andy Murray quitte Wimbledon au profit de John Isner.

« Certains avaient changé en mieux. D’autres, malheureusement, avaient changé pour le pire. J’ai gardé de très bons souvenirs de ce voyage avec les U19 anglais, et j’ai aussi gardé de très bons souvenirs de ce dernier voyage. »

Franks et Shafayat n’ont peut-être pas bénéficié de la sécurité de niveau présidentiel qui est la norme pour les équipes internationales en tournée au Pakistan, mais Franks a déclaré que l’hospitalité était toujours irréprochable.

« Je pense que nous avons vu beaucoup plus du pays que ne le feraient des équipes internationales », a-t-il déclaré. « Nous ne vivions pas la vie de tous les jours. Nous étions en sécurité, logés dans de beaux hôtels, et nous avons beaucoup voyagé en équipe. Nous sommes souvent sortis dîner et nous avons exploré.

« C’était une période intense de cricket, ce qui signifie que nous n’avions pas beaucoup de temps libre. J’ai aimé voyager, voir différentes parties du pays et essayer de comprendre les différentes cultures qui vivent au Pakistan. C’était la meilleure partie du voyage. »

Franks s’est dit reconnaissant de la patience dont ses joueurs ont fait preuve à l’égard de leur nouvel entraîneur principal à son arrivée, et pour « m’avoir aidé à suivre les conversations en ourdou ».

Il a également cité le temps passé à entraîner l’équipe nationale des Émirats arabes unis il y a huit ans comme une expérience précieuse sur laquelle s’appuyer dans son nouveau rôle.

« Comprendre pourquoi ils jouent le jeu et où ils veulent aller fait partie du voyage », a déclaré Franks, qui reprend son rôle d’entraîneur de Nottinghamshire lundi.

Lire aussi:  Football : Kofu, deuxième du classement, surprend Kashima pour atteindre la finale de la Coupe de l'Empereur

« Les avantages de travailler avec des cricketers asiatiques expatriés aux EAU signifiaient que je savais dans quoi je m’engageais ».

Les souvenirs qu’il gardera le plus longtemps de sa tournée sont l’énorme course à pied de l’équipe pour battre Sindh au début de la compétition, ainsi que la gentillesse des joueurs.

« Les gars nous ont invités à dîner le soir du Nouvel An, car je pense qu’ils ont apprécié le fait que je sois loin de ma famille pour Noël et le Nouvel An », a-t-il déclaré.

« Des petites choses comme ça, ils étaient vraiment respectueux. Nous sommes allés dans un endroit magnifique sur la côte à Karachi, ce qui a été le moment le plus mémorable loin du cricket pour moi.

« Cela m’a aidé à baisser ma garde. Je suis devenu très proche de beaucoup de ces garçons. Je crois que vous pouvez être proche de vos joueurs en tant qu’entraîneur principal – vous devez l’être.

« Si vous voulez obtenir le meilleur d’eux, vous devez les connaître, et ils doivent vous connaître. Donc passer ce temps avec eux était aussi important que n’importe quoi d’autre. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*