Le procureur général de l’État de New York poursuit l’ancien PDG de Celsius pour avoir escroqué des investisseurs en crypto-monnaies.

Le procureur général de l’État de New York a intenté une action en justice contre l’ancien PDG du prêteur de crypto-monnaies Celsius, accusé d’avoir escroqué les investisseurs.

Selon un nouveau communiqué de presse, Letitia James poursuit le fondateur de Celsius, Alex Mashinsky, en alléguant qu’il a fait des déclarations trompeuses aux investisseurs sur de nombreux aspects de sa société et n’a pas réussi à s’enregistrer correctement comme l’exige la loi de l’État.

« En tant qu’ancien PDG de Celsius, Alex Mashinsky a promis de conduire les investisseurs à la liberté financière mais les a conduits sur le chemin de la ruine financière. La loi est claire : faire des promesses fausses et non fondées et tromper les investisseurs est illégal.

Aujourd’hui, nous prenons des mesures au nom de milliers de New-Yorkais qui ont été escroqués par M. Mashinsky pour récupérer leurs pertes. Mon bureau restera vigilant et veillera à ce que les mauvais acteurs qui tentent de profiter des investisseurs new-yorkais soient tenus pour responsables ».

James allègue que Mashinksy a dit aux clients que Celsius ferait des investissements à faible risque et ne prêterait des actifs qu’à des sociétés réputées. Cependant, il a « couramment » prêté des actifs à des contreparties à haut risque et a conduit les investisseurs sur la voie de la « ruine financière ».

Si l’action en justice de James l’emporte, Mashinsky ne pourra plus jamais faire affaire à New York et devra payer une somme indéterminée en dommages-intérêts, restitution et dégorgement, selon le communiqué de presse.

Celsius a initialement déposé son bilan en juillet 2022, quelques semaines après l’effondrement de plus de 99 % de son actif natif et l’arrêt des retraits de ses clients.

Lire aussi:  Voici les cinq pays les plus progressistes en matière de taxes sur les crypto-monnaies : Société d'analyse Coincub

À l’époque, la société a invoqué l’extrême volatilité du marché pour justifier sa fermeture.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*