Les enfants font des vagues dans une ville de plage japonaise devenue la Mecque du surf.

Une ville de plage près de Tokyo est en train de devenir la Mecque du surf. Même les écoliers côtoient les pros et s’attaquent aux vagues de classe mondiale.

Ichinomiya, une ville de près de 12 500 habitants de la préfecture de Chiba, a été choisie pour accueillir les épreuves de surf des Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Mais avant même cette date, les autorités locales s’étaient efforcées d’attirer des familles dans l’espoir de revitaliser la région.

Par une journée ensoleillée d’octobre, Mauna Fujimoto, 7 ans, et son père Kei, 49 ans, s’élancent dans l’eau, planches de surf à la main. « Quand je roule en douceur sur les vagues, j’ai l’impression de voler dans le ciel », dit Mauna en souriant. « Ça fait du bien. »

Grâce à son père, Mauna a commencé à apprendre à surfer à l’âge de 4 ans. Lorsque la pandémie de coronavirus a frappé, et que les restrictions sur les mouvements des personnes ont rendu difficile les déplacements vers l’océan, Kei a décidé de déménager définitivement à Ichinomiya depuis le quartier Sumida de Tokyo en janvier 2021.

La photo prise le 16 octobre 2022 montre Mauna Fujimoto (G) et son père Kei se préparant à aller surfer à Ichinomiya, dans la préfecture de Chiba. (Essonne Info)

Espérant devenir un surfeur professionnel, Mauna frappe les vagues tous les matins à 5 heures avant de se rendre à l’école primaire de Torami, située à proximité, puis retourne à la mer l’après-midi après ses cours.

La plage de surf de Tsurigasaki, qui a accueilli des épreuves olympiques au cours desquelles le médaillé d’argent japonais Kanoa Igarashi s’est illustré, se trouve à seulement 1,5 km de Torami.

Lire aussi:  Basket-ball : Le Japon ne fait pas le poids face à l'Australie en match de qualification pour la Coupe du monde

Les élèves de l’école étaient 89 en 2004, mais leur nombre est passé à 153 en 2022. Un responsable de l’école a déclaré avec fierté qu’environ « un tiers (des enfants) savent surfer », et qu’une vingtaine d’entre eux ont également l’intention de devenir professionnels.

Kei a déclaré qu’avoir Mauna dans un tel environnement était l’une des raisons de son déménagement dans la ville. « Je veux qu’il ait une rivalité amicale et mutuellement bénéfique avec les enfants de son âge », a-t-il déclaré.

« Si je vais à l’océan, mes amis de l’école sont là », a déclaré Mauna. « Les élèves plus âgés nous apprennent aussi les techniques de surf ».

Ichinomiya se trouve à l’extrémité sud de la plage de Kujukuri, longue de 66 km, qui accueille environ 600 000 surfeurs par an. En 2015, la ville a lancé son initiative « surfonomics » pour encourager la migration et promouvoir les événements de surf.

« Les vagues sont le trésor d’Ichinomiya », a déclaré Hiroyuki Yamaguchi, un responsable de l’initiative de la division de l’éducation de la ville. « Je voulais changer la perception profondément ancrée à l’époque, selon laquelle les surfeurs ne prennent pas les choses au sérieux. »

L’homme de 49 ans affirme que grâce à des discussions avec les surfeurs et à l’organisation d’événements tels que des leçons de surf pour les enfants, le projet s’est maintenant solidement implanté dans la ville.

La photo fournie montre des enfants qui ont participé à une compétition de surf à Ichinomiya, dans la préfecture de Chiba, en novembre 2021. (Photo gracieuseté de l’organisateur de l’événement)(Essonne Info)

D’autres projets sont également prévus pour les jeunes surfeurs. Kiyohisa Uzawa, 47 ans, membre du conseil municipal d’Ichinomiya et responsable de l’association de l’industrie du surf de la ville, a déclaré qu’il avait entamé des discussions avec la Nippon Surfing Association pour créer un club dans le collège local.

Lire aussi:  Gymnastique rythmique : La Bulgarie gagne, le Japon est 8e dans l'épreuve de groupe aux championnats du monde.

« Je veux créer un environnement accessible pour relever des défis de haut niveau », a déclaré M. Uzawa, ajoutant qu’il envisage également de faire appel à des entraîneurs de surf professionnels.

Avec l’aide de bénévoles, la ville a organisé un tournoi de surf en novembre 2021. Une centaine d’élèves du primaire, du collège et du lycée y ont participé.

Entre-temps, les parents des enfants ont également lancé des appels à la création de clubs de surf communautaires.

« Le surf a une grande valeur éducative, notamment parce qu’il apprend aux enfants à s’entraider sur les vagues et à nettoyer la plage », a déclaré M. Yamaguchi.

« J’espère que la ville offre un lieu de croissance et que le nombre d’athlètes professionnels qui se lancent dans le monde augmente. »


Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*