FEATURE : Le Japon doit faire face à un défi de taille pour reproduire le succès de la Coupe du monde de rugby

Après avoir atteint de nouveaux sommets lors des deux derniers tournois, le Japon doit faire face à une bataille difficile pour reproduire son succès lors de la Coupe du monde de rugby de cette année en France.

Les hommes de Jamie Joseph affronteront les poids lourds que sont l’Angleterre et l’Argentine dans la poule D de la Coupe du monde qui se déroulera du 8 septembre au 28 octobre. Ils devront battre au moins l’un d’entre eux pour atteindre leur objectif d’une deuxième participation consécutive à la phase à élimination directe.

Ils devront également survivre à une rencontre toujours éprouvante avec les Samoa et éviter de perdre des points contre le Chili, qui se qualifie pour la première fois, lors du tournoi à la ronde, qu’ils entameront avec beaucoup moins de temps de préparation que par le passé.

Les Brave Blossoms ont donné un avertissement au monde du rugby en Angleterre en 2015 en renversant les géants de l’Afrique du Sud dans un match surnommé le « miracle de Brighton ». Ils ont fait de nouvelles percées quatre ans plus tard sur leur propre sol, en se qualifiant pour leurs premiers quarts de finale après avoir renversé les nations traditionnelles du rugby que sont l’Irlande et l’Écosse lors de la phase de poule.

(De gauche à droite) Pieter Labuschagne, Michael Leitch et Keita Inagaki du Japon chantent l’hymne national avant le match de la poule A de la Coupe du monde de rugby contre les Samoa, le 5 octobre 2019, à Toyota, dans le centre du Japon. (Essonne Info)

Avant les deux tournois, l’équipe nationale a effectué des camps prolongés axés uniquement sur la Coupe du monde. Pour 2019 au Japon, ils ont eu une préparation de sept mois avec l’avantage supplémentaire de l’équipe de Super Rugby entraînée par Joseph, les Sunwolves, qui ont servi d’équipe d’entraînement virtuelle pour les Brave Blossoms.

Cette fois-ci, ils auront moins de quatre mois entre la fin des éliminatoires du rugby de club japonais et la Coupe du monde, ayant joué moins de matchs de haut niveau dans l’intervalle de quatre ans en raison de la pandémie de COVID-19 et de la dissolution des Sunwolves basés à Tokyo.

Le calendrier condensé rend la compétition nationale, qui en est à sa deuxième saison sous le nouveau nom de Japan Rugby League One, plus importante que jamais pour les joueurs internationaux, selon le pilier Keita Inagaki, membre des Wild Knights de Saitama, champions en titre.

Lire aussi:  Jeux olympiques : Le gouverneur d'Hokkaido affirme que les scandales des Jeux de Tokyo ont nui à la candidature de Sapporo.

« Nous devons maintenir les compétences, la condition physique et la mentalité nécessaires pour affronter le monde », a déclaré Inagaki, dont le club est susceptible d’être à nouveau impliqué jusqu’à la fin de la post-saison.

Inagaki, un vétéran des deux dernières campagnes de la Coupe du monde, a déclaré que le succès du Japon dépendait d’une planification élaborée du jeu et d’un meilleur entraînement que ses adversaires internationaux plus grands et plus physiques.

« Si nous jouons un rugby direct comme les pays plus forts, nous perdrons physiquement », a-t-il déclaré. « Chaque joueur doit avoir une compréhension profonde de son rôle, et cela ne se développe pas dès que l’on se réunit. »

Atsushi Sakate (G) du Japon court avec le ballon aux côtés de Ryoto Nakamura pendant la deuxième mi-temps d’un match de rugby contre l’Australie A, le 8 octobre 2022, à Fukuoka. (Essonne Info)

Le coéquipier d’Inagaki chez les Wild Knights, Atsushi Sakate, est prêt à être capitaine du Japon en Coupe du monde pour la première fois après avoir pris les rênes l’année dernière. Le talonneur de 29 ans a de grandes chaussures à remplir car il suit les traces de son prédécesseur Michael Leitch, qui a été une figure inspirante en 2015 et 2019.

Sakate a jusqu’à présent semblé à la hauteur de la tâche en étant le capitaine de son pays lors des test-matches contre l’Uruguay, la France, la Nouvelle-Zélande et l’Angleterre en 2022. Alors que leurs seules victoires ont été obtenues lors d’un balayage de deux tests contre les Sud-Américains, les Brave Blossoms ont donné des frayeurs aux Bleus et aux All Blacks à Tokyo.

En revanche, une défaite déséquilibrée contre l’Angleterre à Twickenham, en novembre, a été un rappel plus sobre de l’ordre mondial du rugby.

« C’était une grande expérience de pouvoir jouer des matchs contre les meilleures équipes », a déclaré Sakate.

Le Japon, 10e mondial, n’a pas battu une nation mieux classée depuis la Coupe du monde 2019, mais les solides prestations de certains de ses joueurs émergents contre des adversaires de premier ordre incitent à l’optimisme.

Lee Seung Sin du Japon botte une pénalité pendant la première mi-temps d’un test-match de rugby contre la France, le 20 novembre 2022, à Toulouse, en France. (Essonne Info)

Parmi ceux qui ont laissé leur marque, on trouve le demi d’ouverture Lee Seung Sin et le demi de mêlée Naoto Saito, qui ont dirigé l’attaque lors de la défaite 20-15 contre la France lors du deuxième des deux tests de juillet.

Lire aussi:  Baseball : Shohei Ohtani commencera un match avec les Angels avant de rejoindre l'équipe WBC.

« J’ai développé l’état d’esprit que je peux le faire », a déclaré Lee, 21 ans, star des Kobe Steelers.

Warner Dearns, né en Nouvelle-Zélande, s’est également distingué pour les Brave Blossoms lors de sa deuxième année en tant qu’international. Ce verrou de 201 centimètres a été l’un des grands moments de la défaite du Japon contre les All Blacks (38-31) en octobre, en se jetant sur un coup de pied pour marquer un essai en deuxième mi-temps qui a permis aux hôtes de tenter une victoire historique.

Bien qu’il ne soit plus capitaine, Leitch, âgé de 34 ans, reste un membre à part entière de l’équipe nationale, apportant son leadership sur et en dehors du terrain avant sa quatrième Coupe du monde.

L’arrière du Brave Lupus Tokyo a entrepris une rééducation intensive pour des blessures à l’aine et au genou afin de revenir sur la plus grande scène du rugby.

Michael Leitch (C) du Japon s’éloigne d’un plaquage pendant la première mi-temps de leur test-match de rugby contre la Nouvelle-Zélande au Stade national de Tokyo, le 29 octobre 2022. (Essonne Info)

« Les gens autour de moi disent que ce sera ma dernière (Coupe du monde) mais je ne vais pas dire que ce sera définitivement ma dernière », a déclaré Leitch, qui se sent en pleine forme à l’approche d’une étape importante de sa carrière.

« Seul un groupe restreint de personnes peut réaliser (quatre Coupes du Monde). Je suis dans la forme de ma vie ».

Si le Japon atteindra son objectif s’il se qualifie à nouveau pour les quarts de finale en France, Leitch veut que ses coéquipiers visent plus haut.

« Je rêve que le Japon gagne (la Coupe du monde) », a-t-il déclaré. « Nous pouvons le faire un jour si nous augmentons le nombre de joueurs qui visent cet objectif. Je veux aller jusqu’au bout. »


Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*