Le DOJ enquête sur les 372 000 000 $ qui ont disparu de FTX peu après sa faillite : Rapport

Le ministère américain de la Justice (DOJ) enquêterait sur un piratage de 372 millions de dollars de la bourse de crypto-monnaies FTX, en faillite.

Bloomberg Law, citant une « personne familière avec l’affaire » anonyme, rapporte que les procureurs fédéraux ont ouvert une enquête criminelle distincte sur le piratage présumé.

La source anonyme dit à Bloomberg que les autorités américaines ont gelé une fraction de la crypto volée avec l’aide des plateformes coopérantes.

Le 11 novembre, le jour même de la faillite de FTX, le conseiller général de la société, Ryne Miller, a publié une déclaration sur le canal Telegram de la bourse annonçant qu’elle avait été piratée.

Les données sur la chaîne ont révélé que les crypto-monnaies volées ont été déplacées des portefeuilles de la bourse vers des adresses Ethereum (ETH) inconnues.

L’enquête sur le piratage est distincte de l’affaire de fraude que le DOJ poursuit contre FTX lui-même. Au début du mois, le département fédéral a inculpé l’ancien PDG de FTX, Sam Bankman-Fried, de six chefs d’accusation de fraude, d’un chef d’accusation de complot de blanchiment d’argent et d’un chef d’accusation supplémentaire de complot de fraude aux États-Unis et aux lois sur le financement des campagnes électorales, selon un acte d’accusation non scellé émis par le district sud de New York.

Les accusations de fraude comprennent la conspiration en vue de commettre une fraude télégraphique sur les clients, une fraude télégraphique sur les prêteurs, une fraude sur les matières premières et une fraude sur les valeurs mobilières.

La Commission des valeurs mobilières des États-Unis (SEC) a également annoncé qu’elle accusait le cofondateur de FTX d’avoir fraudé les investisseurs de la bourse.

Lire aussi:  L'analyste qui a annoncé le crash du bitcoin en 2022 prédit un rallye imminent pour le BTC et l'Ethereum, et alerte les détenteurs de XRP.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*