Rugby : Eddie Jones laisse entendre qu’il pourrait terminer sa carrière en Australie ou au Japon

L’ancien entraîneur de rugby du Japon, Eddie Jones, n’a pas voulu faire de commentaires lundi sur son avenir immédiat en tant qu’entraîneur d’une équipe nationale, mais il a donné un indice cryptique sur l’endroit où il pourrait finir sa carrière.

Jones — qui a été licencié par l’Angleterre le 6 décembre après sept ans à la tête de l’équipe vice-championne du monde de rugby 2019 à la suite d’une mauvaise série de résultats — a déclaré à Essonne Info News dans une interview exclusive qu' »il y a quelques offres qui circulent, donc je vais m’assurer que je fais preuve de diligence raisonnable pour le prochain travail que je prends, car ce sera probablement le dernier travail que je fais et je veux m’assurer que c’est un bon travail. »

L’entraîneur de rugby Eddie Jones donne une interview à Essonne Info News à Tokyo le 26 décembre 2022. (Essonne Info)

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi le prochain poste serait probablement son dernier, Jones, qui aura 63 ans le 30 janvier, a répondu : « Il faut bien finir à un moment donné. On peut continuer, mais surtout entraîner au niveau international, c’est un travail assez sérieux, donc à un moment donné, je veux m’amuser un peu, et ce sera peut-être après ce prochain poste. »

« Comme tout dans la vie, il y a un début et une fin, et je veux fermer ce cycle, pour ainsi dire. J’ai commencé comme entraîneur professionnel au Japon et en Australie, et probablement l’un de ces deux endroits serait un bon endroit pour terminer. »

Jones a déjà été associé à un retour en Australie ainsi qu’à un contrat à long terme avec les États-Unis, qui accueilleront la Coupe du monde de rugby en 2031.

Lire aussi:  Ben Stokes va prendre sa retraite du cricket international d'un jour.

Lundi, il a déclaré qu’il ne s’étendrait pas sur les offres car il s’agissait de conversations privées. Mais deux jours plus tôt, après avoir tenu un stage d’entraînement pour les enfants au Shibuya International Rugby Club, il a admis qu’il avait « adoré mon séjour au Japon, et si le Japon était intéressé, je serais intéressé. Mais l’intérêt doit venir de l’autre côté ».

En plus de diriger des stages d’entraînement pour les enfants, de rattraper les joueurs du parcours mémorable des Brave Blossoms lors de la Coupe du monde de rugby 2015, où Jones et son équipe ont battu l’Afrique du Sud dans un match surnommé le « miracle de Brighton », l’Australien passe également ses vacances de Noël et de Nouvel An au Tokyo Sungoliath, où il est conseiller.

L’équipe appartenant à Suntory compte Jones dans ses rangs sous une forme ou une autre depuis 1997, et il a admis que sa loyauté envers le club pourrait décider de l’endroit où il finira par entraîner.

« L’accord entre Suntory et moi serait qu’ils veulent que j’occupe un poste que je souhaite occuper. » Cependant, lorsqu’il a été pressé, il a dit que si un pays essayait de l’empêcher de continuer avec les Sungoliath, cela « pourrait » jouer un rôle dans sa décision.

Le lien avec Suntory a souvent été évoqué par les médias anglais à la suite d’un mauvais résultat — « Je pense que les pays anglo-saxons, par opposition au Japon, sont beaucoup plus directs dans leurs termes de critique », a-t-il déclaré.

Mais malgré ses relations amicales avec la quatrième puissance, Jones a déclaré qu’il avait adoré son séjour en Angleterre.

Lire aussi:  L'Inde contrôle le quatrième test malgré le nouveau siècle de Jonny Bairstow.

« L’Angleterre est considérée comme la patrie du rugby, et ils se considèrent comme le bastion du jeu, alors avoir l’honneur en tant qu’Australien d’être le premier entraîneur étranger à entraîner l’Angleterre, c’est amusant. Entraîner un match à domicile à Twickenham devant 82 000 fans. Tout cela en fait une expérience amusante. Et puis vous avez de bons joueurs ».

Jones, à ce stade, a exclu toute participation à la Coupe du monde 2023 et, à ce titre — compte tenu de ses deux derniers emplois internationaux — sera un spectateur intéressé lorsque l’Angleterre affrontera les Brave Blossoms dans la poule B à Nice, en France, le 17 septembre.

« Je sais qui ma femme (Hiroko) va soutenir. L’Angleterre a la puissance. Le Japon joue avec le tempo. Et celui qui jouera le mieux gagnera. »

==Essonne Info

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*