Maas, l’entraîneur des Alouettes, cherche à apporter de l’intensité dans son deuxième passage en tant qu’entraîneur-chef.

MONTRÉAL – Jason Maas ne s’attendait pas à trouver du travail quelques semaines après avoir été congédié comme coordonnateur offensif des Roughriders de la Saskatchewan, et encore moins un poste d’entraîneur-chef.

Mais lorsque le directeur général des Alouettes de Montréal, Danny Maciocia, l’a appelé pour lui demander une entrevue, la balle a commencé à rouler, et elle s’est terminée par l’annonce samedi de Maas comme le 27e entraîneur-chef de l’histoire de l’équipe.

« Est-ce que j’ai jamais imaginé que six semaines plus tard, je serais assis ici devant vous ? Non », a déclaré Maas, qui a été licencié par les Roughriders le 1er novembre, lors de sa conférence de presse d’introduction mardi. « Avec la relation que j’ai construite au fil des ans, j’ai supposé que je pourrais obtenir une interview, et j’espérais en avoir une parce que j’aime vraiment être un entraîneur-chef d’une équipe de football et diriger des hommes.

« Mais ce jour-là, je n’ai jamais envisagé cette possibilité. »

Maas était quart-arrière pendant le mandat d’entraîneur de Maciocia à Edmonton, où l’équipe a remporté deux Coupes Grey en 2003 et 2005. Même s’il était le remplaçant de Ricky Ray, membre du Temple de la renommée, Maciocia affirme que Maas a joué un rôle important dans le succès d’Edmonton.

« J’ai vu ses qualités de leader dans le vestiaire », a déclaré Maciocia. « Tout le monde parle de Ricky Ray, mais sans Jason Maas, nous ne gagnons pas ces deux Coupes Grey. Son leadership sur et en dehors du terrain, les choses qu’il a faites, les discours qu’il a prononcés, le fait qu’il ait été capable d’unir tout le monde, c’est ce qui a fait la différence. »

Il s’agira du deuxième passage de Maas comme entraîneur-chef après un passage à Edmonton, où il a détenu une fiche de 39-33 en quatre saisons (2016-19) et a atteint trois finales de division.

Maas était connu comme un entraîneur-chef fougueux sur les lignes de côté. S’il a dit avoir appris de cela après son licenciement, il a souligné qu’il ne changerait pas sa personnalité.

« C’était l’une des questions de l’entretien pour moi, je ne sais pas si c’était une question d’entretien pour tous les gars, mais c’était certainement pour moi. A quel point as-tu grandi ? » a dit Maas. « Je ne vais jamais simuler qui je suis. Ce que vous voyez est ce que vous obtenez. Je suis une personne intense. J’aime le football.

Lire aussi:  Duhaime et Poilievre : Le nouveau duo dynamique conservateur du Québec

« Vous verrez mes émotions. Mais il y a d’autres façons de gérer les déceptions ou les choses qui me dérangent. Et je peux vous assurer que j’y ai longuement réfléchi. »

Maas a déclaré qu’il serait le play-caller à l’avenir, mais a dit que l’offensive des Alouettes serait une collaboration.

Anthony Calvillo, entraîneur des quarterbacks et ancien coéquipier des Alouettes à l’époque où Maas jouait, a dirigé les jeux dans la dernière moitié de la saison dernière.

« Je vais appeler les jeux, c’est quelque chose qui me tient à cœur et j’aime le faire », a déclaré Maas. « J’ai eu du succès en le faisant, mais votre succès dépend des personnes qui collaborent avec vous.

« J’ai hâte d’avoir Anthony, qui a fini par appeler les jeux l’année dernière, a fait un excellent travail pour apprendre à diriger une attaque, et avec l’aide de (l’entraîneur des receveurs Micheal Lionello) et, je l’espère, (l’entraîneur de la ligne offensive Luc Brodeur-Jourdain) et d’autres gars du personnel, et j’ai hâte de ces discussions. »

Maciocia a déclaré qu’une priorité pour lui était de « garder le noyau en place » concernant le personnel d’entraîneurs, bien qu’il ait confirmé que les running backs et l’entraîneur adjoint André Bolduc partent pour les Roughriders.

Maas a également une histoire avec le quarterback des Alouettes Trevor Harris, qui doit entrer dans la free agency en février.

Maciocia a déclaré que Harris, ainsi que le receveur vedette Eugene Lewis, sont restés en contact tout au long du processus d’embauche. Pour Maas, garder Harris et Lewis est une priorité.

« Je sais que la relation que (Maciocia) aurait établie avec ces gars et le potentiel de les récupérer est très fort. C’était important pour moi », a déclaré Maas.

« Je ne pense pas qu’aucun d’entre nous ne s’inquiète de travailler dur et d’essayer de faire revenir les gars ici pour jouer. Je pense que nous voulons que cela soit construit comme un lieu de destination pour beaucoup de joueurs qui aiment jouer pour cette franchise et la ville. »

Lire aussi:  Un groupe de défense des droits souhaite que d'autres provinces mettent fin aux contrôles policiers aléatoires interdits par un juge du Québec

Maciocia a dit qu’il a contacté l’entraîneur-chef intérimaire des Redblacks d’Ottawa Bob Dyce et l’entraîneur-chef du Rouge et Or de Laval Glenn Constatin dans le cadre de la recherche du prochain entraîneur des Alouettes.

Dyce est devenu l’entraîneur à temps plein d’Ottawa deux jours plus tard, tandis que Maciocia a dit que Constatin a finalement refusé une entrevue.

« Il m’a fait comprendre qu’il était bon là où il est et je comprends pourquoi il est bon et je lui ai dit de garder sa position parce que s’il part, je pourrais postuler pour le poste », a ajouté Maciocia en plaisantant.

Interrogé sur les informations selon lesquelles le président Mario Cecchini ne reviendra pas au club en 2023, Maciocia a nié avoir reçu une offre pour ajouter les fonctions de président à son mandat de directeur général et a confirmé qu’il ne serait pas intéressé s’il en recevait une.

« Je veux être le directeur général des Alouettes de Montréal, s’il vous plaît », a-t-il déclaré.

« Tout le monde dans cette salle connaît mes sentiments pour Mario. Aujourd’hui est un jour où nous embauchons un entraîneur-chef et je pense que l’accent doit rester sur l’embauche d’un individu qui nous amènera au prochain niveau. Ce n’est pas parce que je ne veux pas répondre mais c’est un bon jour pour les Alouettes et je dirais que Mario voudrait probablement aussi ce genre de réponse. »

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 20 décembre 2022.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*