Changpeng Zhao et Binance font l’objet d’une enquête fédérale pour des violations potentielles de blanchiment d’argent : Rapport

Les procureurs du ministère américain de la Justice (DOJ) seraient divisés sur la question de savoir s’il faut ou non déposer des accusations de blanchiment d’argent contre la plus grande bourse de crypto-monnaie du monde et son PDG.

Selon un nouveau rapport de Reuters, les fonctionnaires du DOJ discutent actuellement d’éventuels accords de plaidoyer avec les avocats représentant Binance et Changpeng Zhao, certains fonctionnaires du DOJ soutenant que les preuves contre Binance ne justifient pas une accusation.

Selon quatre sources anonymes, le DOJ enquête sur Binance depuis 2018, mais maintenant que l’enquête arrive à sa conclusion, certains fonctionnaires ne pensent pas qu’il y ait suffisamment de preuves pour inculper la bourse de crypto-monnaies.

Les sources de Reuters disent que les procureurs du DOJ croient que les preuves actuelles justifient déjà d’agir contre l’échange et de déposer également des accusations criminelles contre des cadres individuels, y compris Changpeng Zhao.

L’affaire implique trois services du ministère de la justice : la section du blanchiment d’argent et du recouvrement des actifs (MLARS), le bureau du procureur des États-Unis pour le district occidental de Washington à Seattle et l’équipe nationale de lutte contre les crypto-monnaies.

Selon les sources, les avocats de la défense de Binance ont rencontré les responsables du DOJ pour présenter leurs arguments et discuter des accords de plaidoyer. D’après les sources, l’une des principales défenses de Binance est que l’éventualité d’une poursuite pénale « ferait des ravages » sur le marché, déjà dans un hiver prolongé et suite à l’effondrement massif de FTX.

Dit un représentant de Binance,

Lire aussi:  Un législateur américain déclare que le Congrès n'a pas de plan immédiat pour interdire les crypto-monnaies : Rapport

« Nous ne connaissons pas les rouages du ministère de la Justice américain, et il ne serait pas approprié pour nous de faire des commentaires si c’était le cas. »

Selon les quatre sources anonymes, les charges contre Binance comprennent la transmission d’argent sans licence, le complot de blanchiment d’argent et les violations de sanctions pénales.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*