L’Open 2022 : Tiger Woods, Seve Ballesteros et les 10 plus grands moments du championnat

1. La chaleur de la bataille

Tom Watson contre Jack Nicklaus, Turnberry, 1977. Avec 26 tournois majeurs à eux deux, Nicklaus (18 titres) et Watson (8) sont deux des plus grands joueurs de golf de tous les temps. Tous deux étaient au sommet de leur art lors de leur « Duel au soleil », lors d’une dernière journée de Turnberry à la chaleur étouffante. Les deux hommes se sont affrontés tout au long du parcours, Watson menant à un moment donné l' »Ours d’or » de trois coups avant de se reprendre et d’inscrire un score de 65 pour devancer son grand rival d’un seul coup.

2. Le champion du parking

Seve Ballesteros, Royal Lytham &amp ; St Anne’s, 1979. Ballesteros, cinq fois vainqueur d’un tournoi majeur, était célèbre pour son golf intrépide et souvent capricieux. L’Espagnol de 22 ans n’a trouvé le fairway que neuf fois au cours de ses quatre parties sur la côte du Lancashire. Mais son coup de récupération après un drive sauvage au 16e a conduit à l’un des sauvetages les plus célèbres de l’histoire de l’Open. Après avoir atterri dans un parking temporaire, il a pu faire un drop gratuit et s’est approché à moins de 6 mètres du drapeau, avant de faire un putt pour un birdie et s’emparer de la coupe Claret.

Les 20 derniers vainqueurs de l’Open

3. Tigre rugissant

Tiger Woods, St Andrews, 2000. Le jeune Woods, âgé de 24 ans, était à son apogée lorsqu’il s’est rendu sur la côte de Fife pour tenter de devenir le cinquième joueur de l’histoire à réaliser le Grand Chelem en carrière. Sa maîtrise du Old Course, avec des tours de 67, 66, 67 et 69, lui permet de remporter la victoire par huit coups et d’assurer sa place dans ce club exclusif. Une autre classe.

4. Tombe aquatique

Jean van de Velde, Carnoustie, 1999. Le Français a abordé le dernier trou du dernier tour avec une avance de trois coups. Il a touché les gradins avec son deuxième coup et son troisième coup du rough profond a atterri dans le Barry Burn. Van de Velde a enlevé ses chaussures et ses chaussettes, retroussé son pantalon et pataugé dans l’eau avant de décider de prendre une pénalité d’un coup. Il a envoyé son coup suivant dans un bunker et a fini par faire un triple-bogie. C’était déchirant à regarder. Il s’est incliné face à Paul Lawrie lors du play-off qui a suivi.

Lire aussi:  Fernando Alonso signe un contrat de plusieurs années pour piloter pour Aston Martin

5. Le miracle de Trevino

Lee Trevino, Muirfield, 1972. Le sextuple champion majeur Lee Trevino est le champion en titre, mais il est talonné de près par Jack Nicklaus, qui cherche à réaliser le premier Grand Chelem moderne, et par le Britannique Tony Jacklin, double vainqueur de majeurs. Lors du dernier tour, Nicklaus a récupéré six coups pour réaliser une carte de 66, soit cinq sous le par. Au 17e par cinq, Trevino s’est frayé un chemin jusqu’au bord du green en quatre coups avant de réaliser un chip miraculeux pour rester à six sous la normale – Jacklin a ensuite réalisé deux putts pour revenir à un coup et offrir le titre à l’Américain.

6. Le roi du retour

Ben Hogan, Carnoustie, 1953. Quatre ans après un accident de voiture qui a failli lui coûter la vie, Ben Hogan, neuf fois vainqueur d’un tournoi majeur, se rend sur la côte ouest de l’Écosse pour participer à son unique Open Championship. La victoire n’a jamais été remise en question. Le champion en titre du Masters et de l’US Open a réussi un birdie sur le dernier trou pour un tour record de 68 et a remporté le titre. C’est sa dernière victoire dans un tournoi majeur.

7. L’héroïsme de Rocca en vain

Costantino Rocca contre John Daly, St Andrews, 1995. Lorsque l’Italien Rocca a raté son chip dans la vallée du péché au 72e trou du championnat de 1995, il semblait que ses chances de victoire avaient disparu. Mais il a réussi un putt de 60 pieds pour birdie le trou et forcer un playoff. Sa célébration émouvante, où il frappe l’air avec ses deux poings avant de s’effondrer face contre terre sur le green et de sangloter, est entrée dans la légende de l’Open. Daly remporte le playoff et décroche son deuxième et dernier titre majeur.

Lire aussi:  Les vieux briscards des Gunners, Arteta et Vieira, s'affrontent lors du coup d'envoi de la Premier League entre Palace et Arsenal.

8. Les larmes de Tiger

Tiger Woods, Royal Liverpool, 2006. Le numéro un mondial est arrivé à Hoylake en tant que champion en titre de l’Open et il a réalisé une nouvelle démonstration de golf, en réalisant un deuxième tour de 65 pour passer en tête, avant de remporter une victoire de deux coups sur Chris DiMarco le dernier jour. L’Américain avait perdu son père Earl deux mois plus tôt et il s’est effondré en larmes alors qu’il était submergé par l’émotion après avoir abattu le dernier putt.

9. La gigue de Seve

Seve Ballesteros, St Andrews, 1984. La maison du golf a été le témoin d’innombrables moments mémorables, mais le coup de poing et la gigue joyeuse de Seve sur le 18e green après avoir rentré un putt pour birdie pour remporter une bataille palpitante avec Tom Watson et décrocher le deuxième de ses trois titres de l’Open sont restés dans les mémoires.

10. Les sables de Nakajima

En 1978, le golfeur japonais Tommy Nakajima, âgé de 23 ans, avait fait un 13 au Masters après avoir atterri dans le ruisseau du 13e trou « Azalea ». À l’Open de St Andrews, plus tard cette année-là, il était dans la course vers la fin de son troisième tour. Il se trouve sur le 17e tee – souvent surnommé « le trou le plus difficile du golf » – à trois sous le par, à seulement un coup de la tête. Il a atteint le green en deux coups, mais son putt a atterri dans le tristement célèbre bunker de Road Hole. Il lui faut quatre tentatives pour s’en sortir avant de faire un putt de deux coups et d’inscrire un neuf notoire.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*