La Banque Laurentienne affiche un bénéfice de 55,7 millions de dollars au quatrième trimestre et des revenus en légère hausse par rapport à l’année précédente.

MONTRÉAL – La réduction des dépenses et l’augmentation des revenus ont contribué à faire passer les bénéfices de la Banque Laurentienne du Canada à 55,7 millions de dollars pour le quatrième trimestre.

La banque, dont le siège social est à Montréal, a déclaré vendredi que le bénéfice s’élevait à 1,26 $ par action pour le trimestre se terminant le 31 octobre, comparativement à une perte de 2,39 $ par action un an plus tôt, alors qu’elle avait enregistré des charges de dépréciation et de restructuration de 189,4 millions de dollars ou 3,40 $ par action.

Les charges de l’année dernière étaient liées à une révision stratégique des opérations de la banque et à une dépréciation de son segment de services bancaires personnels, alors que la banque s’engageait dans un plan de redressement qui, selon la directrice générale Rania Llewellyn, se déroule bien.

« Je suis extrêmement heureuse que nous ayons dépassé tous nos objectifs financiers au cours de la première année de notre plan stratégique triennal », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Mme Llewellyn a déclaré que les résultats s’expliquent en partie par l’accent mis par la banque sur la discipline en matière de coûts, avec des dépenses en baisse par rapport à l’année dernière, lorsqu’elle a pris des charges, tandis que les frais autres que d’intérêt ajustés étaient en hausse de quatre pour cent par rapport à l’année dernière, mais en baisse de deux pour cent par rapport au troisième trimestre.

Le bénéfice net ajusté s’est élevé à 57,8 millions de dollars et le bénéfice dilué ajusté par action à 1,31 $, contre 47,8 millions de dollars et 1,06 $ un an plus tôt.

Lire aussi:  Un Québécois accusé du meurtre d'un homme de 22 ans après que l'unité des affaires non résolues ait procédé à une première arrestation

Les analystes s’attendaient en moyenne à un bénéfice dilué ajusté de 1,24 cents par action et à un bénéfice net de 54,4 dollars, selon la société de données sur les marchés financiers Refinitiv.

Meny Grauman, analyste de la Banque Scotia, a déclaré que le bénéfice a été battu grâce à des dépenses inférieures aux prévisions, les salaires et les avantages sociaux ayant diminué de 10 % par rapport au troisième trimestre, ainsi qu’à des impôts moins élevés.

Il a déclaré que les résultats étaient mitigés car les revenus de la banque ont également été inférieurs aux prévisions et les marges ont diminué.

Les revenus se sont élevés à 257,1 millions de dollars, contre 250,4 millions de dollars l’année dernière, tandis que la provision pour pertes sur créances a atteint 17,8 millions de dollars, contre 24,9 millions de dollars l’année précédente.

Pour l’ensemble de l’exercice financier, la banque a déclaré un bénéfice net de 226,6 millions de dollars et un revenu total de 1,03 milliard de dollars, contre un bénéfice net de 57,1 millions de dollars et un revenu de 1 milliard de dollars l’année dernière.

Ce rapport de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 9 décembre 2022.

Entreprises dans cette histoire : (TSX:LB)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*