Vous avez dit petit candidat ? Le représentant du mouvement Europe Liberté, Jacques Borie, entend bien faire mentir les mauvaises langues. Cet Évryen annonce avoir reçu le parrainage d’une cinquantaine de maires, pour se présenter à la présidentielle de 2012.

  • Photo : Ce sont 47 maires qui ont déjà signé une promesse de parrainage pour la candidature de Jacques Borie.

Le 7 avril dernier, Essonne Info vous faisait découvrir l’histoire de cet essonnien qui, à 42 ans, décidait de se présenter à l’élection présidentielle (lire notre article). Sept mois plus tard, sa candidature fait son petit bout de chemin. A la recherche des 500 parrainages nécessaires pour pouvoir concourir à l’élection suprême, le candidat du mouvement Europe Liberté a déjà reçu le soutien d’une cinquantaine de maires, 47 plus être plus précis, qui ont signé une promesse de parrainage. A la recherche des 453 autres signatures manquantes, Jacques Borie entend bien faire mentir les mauvaises langues.

« Si ma candidature vous paraît opportune, je vous propose de me renvoyer votre promesse de parrainage »

« Je me permets de m’adresser à vous afin d’obtenir votre promesse de parrainage pour la prochaine élection présidentielle. » C’est par cette phrase que Jacques Borie introduit sa demande de parrainage, dans une lettre adressée aux maires de France. Un travail de titan pour les quelques petites mains qui s’activent autours du candidat, surtout « qu’ils ont tous une vie, un travail », précise t-il. Ces militants du mouvement Europe Liberté ne désespèrent pas et jusqu’au dernier jours ils tenteront de collecter les 500 signatures, « en sachant qu’il en faut le double » pour avoir l’assurance d’obtenir le précieux sésame du Conseil constitutionnel, permettant aux candidats de se présenter aux suffrages des français.

En attendant, Jacques Borie continue calmement, simplement, sa campagne pour essayer de convaincre un maximum d’électeurs. « Les réseaux sociaux offrent une possibilité immense de communiquer avec les français », explique-t-il. Facebook et Twitter peuvent en effet devenir une tribune a toutes ces femmes et ces hommes qui tentent, à leur manière, de s’imposer dans le débat public.