Mise à jour économique du Québec : beaucoup d’incertitude en 2023, selon M. Girard

Le ministre des Finances du Québec, Éric Girard, a déclaré jeudi que l’économie de la province sera confrontée à beaucoup d’incertitude en 2023, alors qu’il présentait sa mise à jour économique, qui comprend une aide aux aînés à faible revenu face à une inflation tenace.

M. Girard a déclaré que le risque de récession est plus apparent que jamais, et il prévoit un ralentissement économique pour la province en 2023.

 » Le Québec n’est pas dans l’isolement. Nous sommes une petite économie ouverte. Nous faisons partie de l’économie mondiale … et l’économie mondiale ralentit », a déclaré M. Girard.

 » Ce que je dis aujourd’hui, c’est que le Québec ne sera pas épargné. C’est indéniable que 2023 est une année qui va être plus difficile que 2022. »

La croissance économique ne devrait pas dépasser 0,7 % l’an prochain, contre 3,1 % pour 2022. Le budget provincial 2022-23 avait été plus optimiste, prévoyant une croissance de deux pour cent en 2023.

Le Québec s’attend également à ce que la création d’emplois ralentisse l’an prochain, et le taux de chômage – qui a atteint un plancher historique de 3,9 pour cent en avril dernier – devrait grimper jusqu’à cinq pour cent en 2023.

M. Girard a indiqué que le déficit pour l’exercice 2022-23 sera de 5,2 milliards de dollars, soit moins que les prévisions budgétaires de 6,5 milliards de dollars, le retour à l’équilibre budgétaire étant toujours prévu en 2027-28.

L’inflation a mis la pression sur de nombreux ménages, mais a permis à la province d’engranger d’importantes recettes supplémentaires, environ 14 milliards de dollars depuis mars. En 2022-23, les recettes devraient augmenter de 4,3 %.

Lire aussi:  L'officier militaire Dany Fortin acquitté de l'accusation d'agression sexuelle de 1988

M. Girard a déclaré que le gouvernement a décidé de rendre ces fonds aux Québécois, annonçant jeudi une mesure clé pour aider les personnes de 70 ans et plus en augmentant un crédit d’impôt remboursable de 411 $ à 2 000 $, une mesure récurrente qui coûtera à la province environ 8 milliards de dollars sur cinq ans.

« L’idée derrière l’aide aux aînés à faible revenu de plus de 70 ans est de reconnaître que peu d’entre eux ont la capacité de faire plus contre la hausse du coût de la vie », a déclaré M. Girard.

Plus de 1,1 million de personnes âgées bénéficieront de ces mesures, soit près de 400 000 de plus que par le passé. Pour 2022, l’aide fiscale aux aînés pourrait atteindre 3 100 $ pour les personnes vivant seules ou 2 200 $ par couple.

Le crédit pour les personnes âgées était la seule nouvelle mesure annoncée jeudi. Elle s’ajoute à d’autres mesures anti-inflation que le gouvernement Legault a prises au cours des derniers mois, dont la limitation de la hausse des frais gouvernementaux et l’envoi de chèques de 400 $ à 600 $ pour les Québécois qui gagnent moins de 100 000 $ par année.

M. Girard, banquier de profession, a déclaré qu’en 30 ans de carrière, il n’avait jamais vu une inflation aussi élevée, les taux annuels se situant entre six et sept pour cent.

Le Québec n’exclut plus une récession en 2023, ce qui pourrait signifier un déclin de 1 % de l’économie avant son rebond en 2024. M. Girard a déclaré que si cela se produit, le gouvernement a mis de côté 8 milliards de dollars qu’il pourra utiliser pour des mesures de soutien au besoin. M. Girard a déclaré lors d’une conférence de presse que le scénario  » le plus probable  » est une faible croissance économique plutôt qu’une récession.

Lire aussi:  Canada-Maroc : Les Marocains de Montréal encouragent les deux équipes lors du match de la Coupe du monde d'aujourd'hui.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 8 décembre 2022.

— Par Sidhartha Banerjee à Montréal

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*