POLITIQUE > La liste des prétendants se réduit pour la candidature à la Mairie de Corbeil-Essonnes. Un candidat pour la gauche en la personne de Bruno Piriou, un pour la droite avec Jean-Pierre Bechter, le Maire précédemment élu en 2009 mais dont l’élection a été invalidée.  Nathalie Boulay-Laurent a refusé de se présenter et hier, c’était au tour de Mourad Khier Saadi de déclarer sa non-candidature. Ce dernier a décidé de se rapprocher de la liste menée par Bruno Piriou. Une troisième personne encore inconnue devrait faire son apparition dans la campagne pour le Front National.

« Sauvons Corbeil-Essonnes », c’est le nom de la future liste FN pour la Mairie. Les militants frontistes, « déçus par les basses manœuvres qui ternissent l’image de notre ville », ont décidé de faire campagne sur la sécurité, le logement, l’emploi, le cadre de vie et sur la fiscalité. Présents sur le marché dimanche dernier, le FN a distribué des tracts, dont une page entière se concentrait à dénoncer le « système Dassault ». Cependant, c’est loin d’être le seul parti à le faire, au contraire, puisque ce système est dénoncé par tous ou presque. Nathalie Boulay-Laurent est sortie de l’exécutif municipal de ce fait par exemple.

A l’image du dossier sorti dans les Inrockuptibles mercredi, les luttes de pouvoir font rage à Corbeil-Essonnes pour savoir qui de Jean-Pierre Bechter ou de Bruno Piriou sera élu. M. Bechter n’hésite pas à titrer un des ses articles sur son blog de campagne « Piriou toujours fidèle aux méthodes de Staline ». Même rengaine de l’autre côté où l’on tombe sur « l’insupportable système mis en place à Corbeil-Essonnes », et qui s’appuie sur le dossier des Inrock’s. L’UMP est à l’offensive, voulant à tout prix garder la Mairie. Le Maire a en effet sorti un bilan de mandat de son année passée à la tête de la Mairie de Corbeil. De son côté, Bruno Piriou et ses colistiers se préparent à la reconquête de la ville.

Par ailleurs, Jean-Luc Raymond, ex-adjoint, tente de monter sa liste, ainsi qu’un autre prétendant déclaré : Jean-Michel Bayle.