La BoC ne cherche plus à savoir dans quelle mesure elle doit augmenter les taux mais plutôt si elle doit les augmenter : Deputy

MONTRÉAL – Selon Sharon Kozicki, sous-gouverneure de la Banque du Canada, les préoccupations relatives à la persistance de l’inflation ont incité la Banque à augmenter ses taux d’un demi-point de pourcentage mercredi, tout en soulignant qu’il pourrait s’agir de la dernière hausse de taux du cycle.

S’exprimant à Montréal devant l’Institut de développement urbain du Québec, Mme Kozicki a déclaré que les progrès en matière d’inflation sont jusqu’à présent mitigés, l’activité dans les secteurs sensibles aux taux d’intérêt comme le logement réagissant à la hausse des taux, tandis que d’autres secteurs comme l’hôtellerie et la restauration affichent toujours une demande surchauffée et que les prix des aliments continuent d’augmenter.

Elle a déclaré qu’étant donné les risques d’enracinement de l’inflation, la banque devait continuer à augmenter les taux de manière plus vigoureuse.

« L’inflation et les anticipations d’inflation à court terme restent fermes ou rigides », a-t-elle déclaré dans les remarques préparées pour un discours prononcé en français.

Mais alors que l’inflation ne diminue pas aussi rapidement que la banque le souhaiterait, elle a déclaré qu’à l’avenir, les décisions relatives aux taux dépendront des données, les taux actuels faisant leur chemin dans l’économie.

« Nous passons de la question de savoir dans quelle mesure il faut augmenter les taux d’intérêt à celle de savoir s’il faut les augmenter ».

La hausse du taux de la banque d’un demi-point de pourcentage à 4,25 %, la plus élevée depuis 2008 après sept hausses consécutives cette année, était supérieure au quart de point de pourcentage que beaucoup attendaient.

M. Kozicki a déclaré que la période à venir serait difficile, mais que la banque était résolue à atteindre son objectif d’inflation de deux pour cent.

Lire aussi:  Le CF Montréal accueille de nouveau les joueurs de l'équipe nationale alors que le camp d'entraînement se poursuit

« Nous savons que c’est une période très difficile pour les Canadiens. L’augmentation des coûts d’emprunt à court terme permettra d’obtenir les avantages d’une faible inflation, mais seulement avec un délai. »

M. Kozicki a déclaré qu’à l’avenir, la banque sera plus transparente dans les raisons qui motivent ses décisions de taux, en publiant un résumé de ses délibérations sur la politique deux semaines après sa décision.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 8 décembre 2022.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*