Un clic contre la haine en ligne : Hambourg met en ligne un portail

Haine et incitation à la haine sur Internet

Les personnes qui subissent la haine sur le net peuvent désormais se défendre rapidement à Hambourg. Un portail en ligne a été mis en service à cet effet dans la ville hanséatique. La sénatrice de la justice Gallina aspire à une solution à l’échelle nationale.

Hambourg – Avec un nouveau portail en ligne, Hambourg s’attaque à la haine et à l’incitation sur Internet. Lundi, le nouveau portail Internet a été mis en ligne pour tous les citoyens et citoyennes, comme l’a fait savoir l’autorité judiciaire.

Les délits tels que les insultes, les menaces et l’incitation à la haine peuvent être signalés directement au parquet de Hambourg. Jusqu’à présent, ce portail n’était ouvert qu’aux entreprises de médias, aux services de conseil et aux organisations non gouvernementales.

La sénatrice de la justice Anna Gallina (Verts) a déclaré que toute personne victime de haine et d’incitation sur le net pourrait désormais le signaler en ligne à peu de frais. « Nous voulons ainsi réduire les inhibitions et rendre les poursuites pénales plus efficaces ». Le service en ligne permet de porter plainte rapidement et facilement, et il est également possible de télécharger directement des captures d’écran et des plaintes pénales.

Pas besoin de s’inscrire ou de se connecter

L’enregistrement ou la connexion au portail des citoyens ne sont pas nécessaires. Si une plainte pénale est nécessaire, l’autorité indique qu’elle peut être téléchargée sur le portail, signée à la main et téléchargée à nouveau ou photographiée. Le portail est accessible ici.

En juin dernier, à l’initiative de Gallina, les ministres de la justice des Länder s’étaient déjà penchés sur la lutte contre la haine en ligne. L’autorité a également indiqué qu’elle allait examiner la forme que pourrait prendre un portail en ligne commun à tous les pays.

Lire aussi:  Le Thinkpad X13s en test : un ordinateur portable au cœur d'un smartphone

Selon l’autorité judiciaire, il existe déjà en Allemagne plusieurs possibilités de signalement des commentaires haineux. Mais ces services en ligne seraient gérés par différents organismes, de sorte que des plaintes pénales parallèles pourraient conduire à des enquêtes d’identification coûteuses dans plusieurs pays. Cela va à l’encontre d’une poursuite efficace des crimes de haine et d’une utilisation efficace des ressources. dpa

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*