CULTURE > La salle mythique de Ris-Orangis met en avant samedi, de 15h30 à 23h30, l’ensemble de la culture Rasta, avec notamment au programme la projection en avant première, du film » Le Premier Rasta » et un concert des Twinkie Brother.

Loin de la comédie Rasta Rocket, la scène rissoise du Plan propose samedi avec son Rastafary Day, une immersion au cœur de la culture Rasta. Le mouvement rastafari n’est pas seulement une question musicale embaumée d’un parfum de Marijuana, mais belle est bien un mode de vie, une culture, une philosophie, une religion. Les rastafariens puisent leurs origines dans la religion chrétienne, largement présente sur l’île de la Jamaique – une religion pratiquée par 80 % de la population – avec notamment les églises anglicane, méthodistes, baptistes et catholiques romaines. Pour d’autres, le rastafarisme tire sa véritable origine du shivanisme qui loue un culte à Shiva, la divinité primordiale dans l’Hindouisme.

Le Plan propose de retracer la vie Leonard Howel … le premier Rasta

La journaliste et écrivain, Hélène Lee, retrace dans son livre et maintenant dans son film, « Le Premier Rasta », la vie de Leonard Howel, l’un des quatre premiers prêcheurs du mouvement rastafarie.

Les Twinkie Brother en concert

Les membres du groupe de reggae des Twinkie Brother, qui depuis maintenant plus de 40 ans écument les scènes du monde entier, pauseront leurs dreadlocks, samedi soir au Plan. Le groupe est composé de trois frères, Ashton, Ralston et Norman Grant, nés dans les ghettos de Falmouth en Jamaïque.