L’officier militaire Dany Fortin acquitté de l’accusation d’agression sexuelle de 1988

GATINEAU, Qc. – Un juge civil du Québec a acquitté le major-général Dany Fortin d’une accusation d’agression sexuelle. Dany Fortin d’agression sexuelle sur une allégation qui remonte à 1988.

Le juge Richard Meredith a déclaré qu’il croyait que la plaignante avait été agressée sexuellement, mais que la Couronne n’avait pas établi hors de tout doute raisonnable que c’était Fortin qui l’avait agressée.

Fortin était l’officier militaire responsable du déploiement du vaccin COVID-19 du gouvernement fédéral jusqu’en mai 2021, mais il a été démis de ses fonctions après la révélation de l’allégation.

Peu après le verdict, il a affirmé être victime d’ingérence politique et a déclaré aux journalistes qu’il souhaitait que l’armée le rétablisse dans un poste équivalent.

L’allégation découle du séjour de Fortin au collège militaire de St-Jean-sur-Richelieu, au Québec, que le plaignant a également fréquenté.

La plaignante dans cette affaire a déclaré à la cour qu’elle était certaine « sans aucun doute » que l’auteur des faits était Fortin, et son avocat a déclaré qu’elle avait révélé l’incident en 2021, après avoir pris sa retraite, par crainte de répercussions sur sa carrière.

L’avocat de Fortin a cité des incohérences entre le témoignage de la plaignante et ses déclarations précédentes aux enquêteurs l’année dernière, y compris les détails de l’incident.

Un point clé pour la défense était que, bien que la plaignante ait dit qu’elle avait parlé de l’incident à son petit ami de l’époque juste après, il a dit à la cour qu’il n’avait aucun souvenir d’une telle conversation.

Meredith a noté ces incohérences lundi, ainsi que des témoignages contradictoires concernant l’emplacement des lampadaires dans un parking adjacent, et si la fenêtre du dortoir avait des volets.

Lire aussi:  Les Alouettes rebondissent grâce à une première mi-temps impressionnante et remportent une victoire de 31-10 sur les Lions.

Le juge a déclaré en français que l’éclairage de la chambre était « très loin des conditions optimales pour voir clairement » et a noté que le plaignant devait être en état de choc lorsque l’incident s’est produit.

« Le tribunal est par ailleurs convaincu que la plaignante a été agressée sexuellement. De manière générale, la plaignante a semblé sincère à cet égard », a déclaré Meredith en français, alors qu’il lisait sa décision au tribunal.

« Les raisons qui expliquent pourquoi elle a vécu pendant tant d’années dans le silence, et qui l’ont amenée à déposer finalement une plainte, sont tout à fait raisonnables et crédibles », a-t-il dit.

« Le tribunal n’a aucun doute sur sa sincérité. A cet égard, le tribunal compatit avec elle, compte tenu des souffrances qu’elle a subies. Toutefois, la décision du tribunal ne peut être fondée sur la sympathie. « 

La procureure de la Couronne, Diane Legault, a déclaré que le verdict était une déception et qu’elle ne savait pas si la Couronne allait en faire appel.

Fortin a dit aux journalistes que les victimes d’agression sexuelle doivent être soutenues et crues, mais a souligné qu’il croit qu’il n’est jamais entré dans la chambre dans laquelle la plaignante dormait.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 5 décembre 2022.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*