POLITIQUE > A quelques mois des prochaines élections cantonales, le Président (PS) du Conseil général de l’Essonne à annoncé qu’il ne demanderait pas le renouvellement de son mandat à la tête du département. Michel Berson souhaite maintenant faire entendre sa voix au sénat.

Dans un interview à nos confrères du Parisien, Michel Berson, Président socialiste du Conseil général de l’Essonne a annoncé qu’il passerait « le témoin » à la tête département. Elu à la Présidence du Conseil général en 1998, après l’effondrement de l’ancienne majorité conduite par Xavier Dugoin (Président RPR du Conseil général de 1988 à 1998 et actuel Maire UMP de Mennecy), notamment condamné en 1999 pour abus de confiance, détournement de fonds publics, falsification de documents administratifs et prise illégale d’intérêts. En douze ans, M. Berson estime avoir redoré l’image de l’institution et changé l’Essonne dans des domaines allant de la petite enfance aux solidarités.

Michel Berson se verrait bien au Sénat

Mais M. Berson ne souhaite pas pour autant arrêter la politique. Fort de son expérience, il se verrait bien devenir un des prochains cinq sénateurs du département, lors du renouvellement de septembre prochain. Il pourrait ainsi « poursuivre la défense des services publics locaux avec d’autres armes » et « contribuer à apporter des solutions », indique t-il dans les pages du Parisien.

Face à lui, plusieurs autres élus socialistes se sont déclarés à l’investiture du PS pour les élections sénatoriales de septembre 2011, et pas des moindres : Hicham Affane, Claire-Lise Campion, Francis Chouat, Maud Olivier, Rafika Rezgui, Françoise Ribière, Olivier Thomas et Dominique Verots. M. Berson est plus déterminé que jamais et il prévient. Il n’hésitera pas à présenter une liste alternative aux militants socialistes, qui seront appelés à se déterminer sur le nom de leurs représentants à la haute assemblée – si la fédération PS de l’Essonne l’écarte. Il faut dire qu’il a des atouts. A la tête du Conseil général, il a su nouer des liens solides avec de nombreux élus du département, qui forment le socle électoral de ce scrutin pour grands électeurs.

Qui pour remplacer Michel Berson à la tête du Conseil général ?

La question de sa succession, en cas de victoire de la majorité départementale de gauche lors des élections cantonales de mars prochain, est donc posée. Jérôme Guedj et Thierry Mandon, respectivement élus sur Massy et Ris-Orangis, ont annoncé leur souhait de briguer la présidence. Les militants socialistes devront également trancher prochainement cette question.