La génération dorée de la Belgique exclue de la Coupe du monde 2022 après le match nul contre la Croatie

Kevin De Bruyne, imagine, a déclaré qu’ils avaient été ternis par l’âge. Des rapports ont prétendu qu’ils étaient cabossés par des luttes intestines.

Quelle que soit la raison, la génération dorée de la Belgique n’a pas pu trouver la solution à ses problèmes de Coupe du Monde, la deuxième équipe du jeu s’inclinant au Qatar en phase de groupe. Il y a quatre ans, elle avait terminé troisième en Russie.

Peut-être que le temps les a rattrapés. Peut-être qu’il y avait une mutinerie dans les rangs, bien qu’elle ait été démentie par le manager Roberto Martinez – comme on pouvait s’y attendre. Peut-être que Martinez lui-même n’était pas la bonne main pour extraire le véritable potentiel de l’équipe. Le stade Ahmad bin Ali pourrait bien être le terminus pour beaucoup.

Un match nul et vierge face à la Croatie dans le Groupe F a confirmé l’élimination de la Belgique. De Brunye et Romelu Lukaku – entré en seconde période, l’attaquant a gâché trois belles occasions – ainsi que Dries Mertens et Jan Vertonghen, Toby Alderweireld et Thibaut Courtois, ont été éliminés prématurément et sans gloire.

La Croatie, vice-championne du monde la dernière fois, est qualifiée pour les huitièmes de finale. Le Maroc, qui a offert au tournoi l’une de ses grandes histoires, les rejoint. La Belgique est partie.

Chanceux contre le Canada, ternes contre le Maroc, ils avaient besoin d’une victoire jeudi pour continuer. Très probablement déterminés à partir du bon pied, ils n’ont pas créé grand-chose en première mi-temps, leur plus nette occasion étant une passe de De Bruyne pour Dries Mertens. Mais l’attaquant de Galatasaray a tiré bien au-dessus.

Lire aussi:  Les Émirats arabes unis quittent l'Arabian Gulf Cup dès le stade des poules, après un match nul décevant contre le Qatar.

Deux minutes plus tard, la Croatie pensait avoir un penalty lorsque Jan Vertonghen faisait tomber Yannick Carrasco dans la surface belge. Cependant, alors que Luka Modric attendait ce qui semblait être une éternité pour tirer le penalty, l’arbitre assistant vidéo intervenait. L’arbitre Anthony Taylor revient sur le terrain pour annuler la décision initiale : il y avait apparemment un hors-jeu dans la phase de construction. Les reprises montrent qu’il s’agissait de fractions.

Lorsqu’une vague mexicaine a déferlé sur la foule peu avant la mi-temps, elle a mis en évidence le manque d’action réelle. La plus grande acclamation – en tout cas, c’est ce qu’il semblait – a suivi l’annonce de l’avance du Maroc sur le Canada dans l’autre match du groupe. Et encore une fois, lorsque le grand écran a affiché le classement : Le Maroc est en tête, avec deux longueurs d’avance sur la Croatie. En l’état actuel des choses, la Belgique doit faire ses valises pour rentrer chez elle.

Ayant besoin d’une injection de quelque chose, Martinez faisait entrer Lukaku en seconde période. Le joueur de l’Inter Milan était presque immédiatement récompensé : sa tête se posait sur un centre en profondeur de De Bruyne, mais il ne parvenait pas à générer une réelle puissance.

De l’autre côté, Mateo Kovacic a testé les réflexes de Thibaut Courtois. Pour sa 100e sélection avec la Belgique, le géant gardien de but déviait le ballon en corner. Peu après, Courtois repoussait les tentatives de Marcelo Brozovic et de Modric. La Croatie tourne la page.

Pourtant, la Belgique était à deux doigts de renverser la situation. De Bruyne servait Carrasco et, après un blocage du gardien Dominik Livakovic, Lukaku envoyait le rebond sur l’intérieur du poteau. Le but étant vide, il semblait plus facile de marquer. Le banc de la Belgique bondit, incrédule.

Lire aussi:  Les sponsors des Jeux olympiques de Tokyo nient toute relation avec un cadre soupçonné de corruption.

La sensation allait bientôt revenir. Un centre venu de la gauche était dévié par Livakovic et atterrissait sur la tête de Lukaku qui, à six mètres du but et sans marquage, passait au-dessus. Puis, dans les derniers instants, il ne réagissait pas lorsque le ballon tombait à droite de la ligne de but croate.

Il n’y aura pas de dernier sursis. Le week-end dernier, avant la défaite du Maroc, De Bruyne a déclaré que la Belgique n’avait « aucune chance » de gagner la Coupe du monde. L’âge, disait-il, signifiait que leur meilleure opportunité était en Russie. Il a eu raison. La Belgique, avec sa supposée génération dorée, a échoué.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*