L’enquête sur le trucage de la candidature olympique s’étend à l’agence de publicité Hakuhodo.

Une photo prise le 28 novembre 2022 montre un immeuble de Tokyo abritant l’agence de publicité Hakuhodo Inc. qui a fait l’objet d’une perquisition par les procureurs, soupçonnés d’avoir truqué les appels d’offres pour les épreuves tests des Jeux olympiques de Tokyo. (Essonne Info)

Les procureurs japonais et un organisme de surveillance du commerce équitable ont perquisitionné lundi des bureaux, y compris le siège de la grande agence de publicité Hakuhodo Inc., soupçonnée de truquage d’offres pour des contrats liés à des événements tests pour les Jeux olympiques de Tokyo de l’année dernière, quelques jours seulement après avoir perquisitionné un autre géant de la publicité.

Les dernières perquisitions, qui concernent également l’agence Tokyu Inc. et des sociétés de production d’événements, ont été menées alors que les enquêtes liées aux Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo ont pris de l’ampleur depuis un scandale impliquant la réception présumée par un ancien dirigeant du comité d’organisation des Jeux, Haruyuki Takahashi, de 200 millions de yens de pots-de-vin versés par cinq sociétés.

Vendredi, les procureurs et la Commission japonaise du commerce équitable ont effectué une descente chez le géant de la publicité Dentsu Inc. et dans des locaux liés à un ancien haut responsable du comité d’organisation des Jeux olympiques de Tokyo et à la société de production d’événements Cerespo Co. après que l’agence de publicité japonaise ADK Holdings Inc. a signalé à l’organisme de surveillance qu’elle avait participé à un truquage des offres.

Il est allégué que 26 appels d’offres ouverts organisés en 2018 pour les droits de planification de 56 événements tests ont été truqués, le montant des contrats s’élevant à plus de 500 millions de yens (3,6 millions de dollars).

Lire aussi:  Mutaz Barshim se met en valeur pour remporter sa troisième médaille d'or mondiale consécutive en saut en hauteur.

Des arrangements préalables auraient inclus des membres du comité d’organisation demandant aux entreprises si elles étaient intéressées à participer à l’appel d’offres, selon des sources.


Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*