Cristiano Ronaldo, qui a battu tous les records, est parfait pour que le Portugal batte le Ghana à la Coupe du monde.

Après avoir marqué le penalty qui a débloqué la situation et donné vie au match, on aurait pu lui pardonner d’agir comme s’il venait de trouver le dernier Coca-Cola dans le désert.

Tout tournait autour de lui. Quand est-ce que ça ne l’est pas ? Et pourtant, après avoir réalisé quelque chose d’unique, marqué l’histoire et apparemment ouvert la voie de la victoire contre une opposition tenace, il est redevenu l’un des garçons.

Le but de Cristiano Ronaldo à la 65e minute a mis le Portugal sur la voie d’une victoire 3-2 sur le Ghana lors de la Coupe du monde de Doha. Il avait obtenu le penalty lui-même, après avoir été renversé – bien que de façon un peu molle – par Mohammed Salisu.

Sa célébration a porté la plupart des marques. Il courait vers le coin, sautait en l’air, et était prêt à déchaîner ses bras sur le côté.

Et pourtant, il n’y a pas eu de « siuu ». Pas de sa part, du moins, même si la majorité de la foule du stade 974 a hurlé exactement cela. Au lieu de cela, il s’est fendu d’un sourire, et a regardé directement ses camarades.

Ils étaient déjà là à l’entourer, les remplaçants massés près du drapeau de corner, prêts à acclamer le premier homme à marquer dans cinq Coupes du Monde.

Pourtant, il y avait un travail à faire. Dans un premier temps, ils s’en sortaient mal, laissant passer l’égalisation cinq minutes plus tard à Andre Ayew, l’homologue de Ronaldo en tant que capitaine du Ghana.

Malgré tous leurs efforts, les Ghanéens ne sont pas les moins bien classés du tournoi et les Portugais ont réussi à faire parler leur classe.

Lire aussi:  Sumo : Ozeki Takakeisho battu par Takayasu lors de sa première défaite à Kyushu

Tout d’abord, Joao Felix réaffirmait l’avantage des Portugais avec une finition habilement liftée. Puis Rafael Leao leur donnait un avantage de deux buts deux minutes plus tard.

Le Ghana refusait de s’incliner, et Osman Bukari mettait les nerfs des Portugais à vif lorsqu’il réduisait le score à une minute de la fin du temps réglementaire.

Ronaldo, qui venait de recevoir un rappel personnel après avoir été remplacé, était furieux que la porte ait été laissée ouverte pour les Ghanéens. Mais à la fin, il pouvait se satisfaire d’un travail bien fait.

Même s’il n’était pas sur le terrain au moment de la victoire, c’était l’occasion pour Ronaldo.

Le public était pris d’impatience dès qu’il s’approchait du ballon. La première fois qu’il l’a fait, après 90 secondes, il a été accueilli par un rugissement cacophonique. Non pas qu’il y ait de quoi se réjouir : il a manqué le contrôle, puis a commis une faute.

A la 10ème minute, il s’est à nouveau montré laxiste. Il trouvait un espace au cœur de la défense ghanéenne, mais son premier contact lui échappait et permettait au gardien Lawrence Ati-Zigi d’étouffer la menace.

Peu après, il commettait une troisième erreur. Certes, peu d’autres joueurs auraient pu s’élancer comme il l’a fait au second poteau pour reprendre un centre en hauteur. Mais une fois sur place, il ne parvenait pas à placer sa tête et le ballon passait inaperçu.

Juste après la demi-heure de jeu, il avait bien le ballon dans le but d’Ati-Zigi, mais son tir avait déjà été refusé car il avait été jugé coupable d’une faute sur Alexander Djiku, le défenseur ghanéen.

Lire aussi:  Un sentiment fou de battre Novak Djokovic en finale à Paris

L’impression que rien ne va plus pour la figure dominante du match est résumée juste avant la mi-temps lorsqu’il s’interpose sur un tir de volée de son coéquipier Raphael Guerreiro depuis la gauche. Le ballon s’est emmêlé dans les jambes de Ronaldo, et son effort pour se déplacer était inhabituellement maladroit.

Pour sa première occasion après la pause, il était à nouveau facilement maîtrisé par la défense du Ghana. L’équipe africaine profitait de son meilleur moment du match jusqu’à ce moment, lorsque Mohammed Kudus envoyait un tir de loin juste à côté.

Le match devenait de plus en plus disputé. Alidu Seidu avait la chance d’échapper à un carton rouge après un choc avec Felix.

Tout cela s’est produit avant même qu’un but ait été marqué. Puis Ronaldo a réglé ce problème en ouvrant les vannes. En 25 minutes, à la fin du match, cinq buts ont été inscrits.

Ce qui comptait pour Ronaldo et le Portugal dans le décompte final, c’était que les trois points étaient à eux.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*