La Croatie tombe à plat lors du match d’ouverture contre le Maroc à la Coupe du monde 2022

L’équipe de Croatie, vice-championne du monde il y a quatre ans, s’inquiète de l’essoufflement de la génération actuelle.

Comme en Russie 2018, l’équipe de Zlatko Dalic tourne toujours autour de Luka Modric, mais elle a été quelque peu réduite par une série de départs à la retraite. Mario Mandzukic, Ivan Rakitic, Vedran Corluka et Sime Vrsaljko ne sont plus là, tandis qu’Ante Rebic n’a pas été sélectionné.

Bien sûr, il reste des joueurs comme Mateo Kovacic, Marcelo Brozovic et Ivan Perisic – des stars de Chelsea, de l’Inter Milan et de Tottenham Hotspur, respectivement – mais il ne fait aucun doute que les prouesses de l’équipe de soutien se sont un peu essoufflées.

Mercredi, alors que la Croatie entamait sa campagne pour faire mieux qu’il y a quatre ans, cela semblait évident. Les Croates ont eu du mal à battre le Maroc lors de l’ouverture du Groupe F à l’Al Bayt Stadium et ont concédé un match nul et vierge, avec beaucoup d’efforts mais peu d’initiatives. Trop souvent, Andrej Kramaric était trop isolé en attaque, tout comme Marko Livaja lorsqu’il l’a remplacé pour les 15 dernières minutes.

De plus, Modric n’a pas fait preuve de sa maîtrise habituelle au milieu du terrain. La star du Real Madrid, qui a eu 37 ans en septembre, a fait ses débuts en Coupe du monde en 2006. Contre le Maroc, il est devenu le premier joueur à participer à la fois à la Coupe du monde et au Championnat d’Europe au cours de trois décennies différentes. Cela témoigne de sa qualité durable, mais laisse entendre qu’il n’est peut-être plus la force qu’il était autrefois sur cette scène.

Lire aussi:  Sumo : l'ancien yokozuna Hakuho organisera une cérémonie de départ à la retraite en janvier

Qu’en est-il de l’action du match ? Après une première mi-temps très disputée entre les deux équipes, la Croatie était à deux doigts de débloquer la situation dans les arrêts de jeu. D’abord, Perisic servait Borna Sosa sur la gauche, dont le centre à ras de terre trouvait Nikola Vlasic. L’attaquant plaçait le ballon vers le but, mais le gardien marocain Yassine Bounou le sauvait avec ses jambes.

Quelques secondes plus tard, le défenseur Nayef Aguerd bloquait brillamment le tir de Vlasic et, lorsque la balle rebondissait sur Modric, celui-ci effectuait une frappe du gauche qui passait juste au-dessus. Modric, dont la contribution au tournoi de 2018 lui a valu le Ballon d’Or cette année-là, a gonflé ses joues en sortant à la mi-temps.

Le Maroc, lui, s’est amusé. Encouragés par un public enthousiaste, ils se sont lancés dans des tacles, ont envahi le milieu de terrain croate et, grâce à Hakim Ziyech (Chelsea) et Achraf Hakimi (Inter Milan), ils avaient suffisamment d’atouts pour inquiéter leurs adversaires.

A la 18e minute, Ziyech aurait dû bénéficier d’une passe décisive, mais Youssef En Nesyri ne parvenait pas à reprendre son beau centre. Après la pause, le Maroc était tout près de trouver le chemin des filets lorsque la tête à bout portant du défenseur du Bayern Munich Noussair Mazraoui était sauvée au premier poteau par le gardien croate Dominik Livakovic.

Juste après, à l’autre bout du terrain, Sofyan Amrabat repoussait une tentative de but de Dejan Lovren. Avec Bounou allongé sur le terrain suite à une collision sur un corner, Amrabat représentait la dernière ligne de défense.

Lire aussi:  Graham Potter dit que les critiques font partie du travail "il faut faire avec" après les défaites de Chelsea.

Malheureusement pour le Maroc, l’occasion qui s’est présentée quelques instants plus tôt a marqué le dernier acte de Mazraoui : il a été évacué sur civière à l’heure de jeu, cette Coupe du Monde enregistrant une nouvelle blessure apparemment grave. Ce n’est que quatre jours après le début de la compétition.

Heureusement, pour le Maroc, il y a Hakimi. Le défenseur latéral a piqué les paumes de Livakovic avec un coup franc qui, en vérité, n’était pas assez large, tandis que sa ténacité a attiré l’ire de Modric plus d’une fois.

Mais c’est tout. Malgré toute leur conviction, les deux équipes ne méritaient pas plus que ce point. La Belgique et le Canada, les autres rivaux du Groupe F, jouent plus tard mercredi. Ils auront peut-être été ravis du nul obtenu à Al Bayt.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*