Le Maroc compte sur Achraf Hakimi pour l’inspirer avant l’ouverture de la Coupe du monde contre la Croatie.

Kylian Mbappé le considère comme « le meilleur arrière droit du monde ». Erling Haaland le considère comme l’un de ses meilleurs coéquipiers, qu’il remercie régulièrement pour ses passes décisives. Il a remporté une Ligue des champions européenne aux côtés de Cristiano Ronaldo. Il a partagé un titre de champion avec Lionel Messi.

Si l’on juge un footballeur à ses fréquentations, Achraf Hakimi, qui entame mercredi sa deuxième Coupe du monde en tant que footballeur marocain le plus convoité, est particulièrement bien loti.

Il a été un collègue estimé à la fois des grands du 21e siècle – il a rejoint l’équipe première du Real Madrid à la fin de la période où Ronaldo y était présent ; il s’épanouit au Paris Saint-Germain de Messi – et des deux attaquants les plus appréciés de la nouvelle génération. Hakimi a contribué à créer des espaces et à fournir des centres à Haaland au Borussia Dortmund. Il fait de même pour Mbappe au PSG.

Le nombre de médailles qu’il a remportées en club est élevé et varié, ce qui est étonnant pour un footballeur qui n’a eu que 24 ans ce mois-ci. Outre la Coupe d’Europe et la Coupe du monde des clubs avec Madrid, où il a fait ses classes, il a remporté la Supercoupe d’Allemagne avec Dortmund, un titre de Serie A avec l’Inter Milan et le titre de Ligue 1 avec le PSG la saison dernière.

Mais il serait juste de dire que, au cours de ses 54 sélections avec le Maroc, les trophées ont été gardés à une distance bien plus grande. Étant donné qu’il a été décoré au niveau du club, Hakimi se trouve sous une pression supplémentaire pour élever les Lions de l’Atlas vers le genre de podiums que lui et plusieurs de ses compatriotes connaissent de leurs carrières en club en Europe et en Afrique.

Le Maroc n’a pas réussi à atteindre les demi-finales lors de chacune des trois dernières Coupes d’Afrique des Nations et n’a ramené qu’un seul point de la dernière Coupe du Monde.

Lire aussi:  Le joueur d'Everton Ben Godfrey sera absent pendant trois mois après avoir été opéré d'une fracture de la jambe.

Pourtant, le manager Walid Regragui choisira aujourd’hui une équipe pour affronter la Croatie, finaliste de Russie 2018, dans laquelle deux vainqueurs de la Ligue européenne des champions, Hakimi et Hakim Ziyech de Chelsea, devraient figurer, tout en trouvant très probablement une place pour son autre latéral vedette, Noussair Mazraoui du Bayern Munich, demi-finaliste de la Ligue des champions avec l’Ajax en 2019.

Hakim Ziyech a été rappelé dans l'équipe du Maroc après s'être brouillé avec l'ancien manager Vahid Halilhodzic. AFP

À l’arrière et à l’avant de son XI préféré, on retrouve Yassine Bounou et Youssef En-Nesyri, qui a remporté l’Europa League 2019-20 avec Séville, et il peut faire appel à un trio de titulaires de la Ligue des champions africaine – en Reda Tagnaouti, Yahya Attiatallah et Yahya Jabrane – qui, sous Regragui, a remporté le plus grand prix africain des clubs avec le Wydad en juin.

Le fait que le manager ne soit devenu entraîneur de l’équipe nationale que deux mois plus tard signifie qu’il a eu peu de temps avec l’équipe. Mais l’un des succès de Regragui, et non des moindres, a été de réintégrer deux des meilleurs joueurs du club après qu’ils aient été exilés sous son prédécesseur.

Ni Mazraoui ni Ziyech n’ont eu des relations faciles avec Vahid Halilhodzic, dont le mandat de trois ans a pris fin en août – Mazraoui avait été absent de la considération nationale pendant presque deux ans, Ziyech pendant 12 mois.

Lorsque Ziyech, en manque de temps de jeu à Chelsea, a marqué depuis sa propre moitié de terrain lors du match de préparation à la Coupe du monde de la semaine dernière contre la Géorgie, les attentes quant à ce qu’il pourrait donner au Maroc lors de son retour n’ont fait qu’augmenter.

Le retrait tardif, pour cause de blessure, de l’Amine Harit de l’Olympique de Marseille des plans de la Coupe du Monde met une responsabilité supplémentaire sur les créateurs tels que Ziyech et les latéraux offensifs.

Lire aussi:  Emma Raducanu et Naomi Osaka sont éliminées au premier tour de l'US Open.

Le peu de temps que Regragui passe sur le terrain d’entraînement avec l’équipe signifie qu’il doit faire confiance aux meilleurs instincts des joueurs seniors. « Je veux un état d’esprit offensif, et un jeu basé sur la possession, mais sans excès », a-t-il déclaré à la veille du coup d’envoi du tournoi.

Cela signifie que Hakimi galope, autant que faire se peut, sur son flanc, et que Mazraoui, un arrière droit naturel qui peut être déployé sur l’aile opposée, avance sur le sien, et la largeur ouvre à son tour des espaces pour Ziyech.

Le défi consistera à imposer ce jeu tourné vers l’avant et le maintien face à un milieu de terrain croate qui a peu d’égal dans cette Coupe du monde. Si la forme physique le permet, le manager croate Zlatko Dalic restera fidèle aux joueurs qui lui ont si bien servi en Russie.

Ivan Rakitic a pris sa retraite internationale, mais Mateo Kovacic (Chelsea), Ivan Perisic (Tottenham) et l’inusable Luka Modric restent des éléments clés, tandis que Marcelo Brozovic annonce qu’il s’est remis du problème à la cuisse qui l’a tenu éloigné des terrains pendant la majeure partie des deux derniers mois.

Aucun de ces quatre joueurs n’aura besoin d’un nouvel éclairage ou d’un nouvel avertissement concernant la volonté, l’énergie, la précision des passes et des tirs d’Hakimi.

Il a gagné ses prix à Madrid aux côtés de Modric et Kovacic. Il a conquis l’Italie dans la même équipe de l’Inter que Perisic et Brozovic, et a entendu, de leur bouche, toutes les histoires sur la façon dont les outsiders croates, classés 20e par la Fifa avant la Coupe du monde 2018, ont fait jeu égal jusqu’en finale. Le Maroc, actuellement classé 22e, devrait s’en inspirer.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*