Al Dawsari marque un but et l’Arabie Saoudite surprend l’Argentine à la Coupe du Monde 2022.

Saleh Al Shehri a frappé, puis Salem Al Dawsari.

Menés 1-0 par l’Argentine et Lionel Messi et ses favoris de la Coupe du Monde, l’Arabie Saoudite menait soudainement 2-1.

Le stade Lusail tremble sous le soutien saoudien. Les supporters argentins, d’abord choqués par le silence, tentent de galvaniser leur équipe.

Mais cela n’a servi à rien. L’Arabie Saoudite, l’équipe asiatique classée près de 50 places en dessous de son adversaire n°3, avait enregistré l’une des grandes surprises de la Coupe du Monde.

Si l’Équateur a gâché la fête contre le Qatar dimanche, que dire de l’Arabie Saoudite mardi ? Cette Coupe du monde a apparemment été construite autour de Messi – il a, bien sûr, ouvert le score – mais le capitaine argentin est parti avec un visage visiblement vide. Ce n’est pas ainsi que devait commencer sa dernière Coupe du monde.

Le vent tourne, et c’est un penalty de Messi qui ouvre le score dans le premier match du groupe C, l’arbitre assistant vidéo jugeant que Saul Abdulhamid a commis une faute sur Leandro Paredes dans la surface. Messi a donné tort au gardien saoudien Mohammed Al Owais et, pour ce qui s’est avéré être la seule fois, le stade Lusail bondé a salué la grandeur d’une superstar. La finale, ne l’oubliez pas, aura lieu dans ce stade géant dans un peu plus de trois semaines.

Oh, ça aurait pu être si différent. L’Argentine aurait pu se voir refuser trois buts – oui, trois – rien qu’en première mi-temps, tous signalés hors-jeu. Ils sont arrivés dans un flou de 12 minutes. Tout d’abord Messi, qui expédie le ballon dans les filets d’Al Owais après s’être dégagé, puis Lautaro Martinez par deux fois. L’attaquant de l’Inter Milan n’a pas eu le droit à deux belles actions : une merveilleuse passe au-dessus d’Al Owais, puis un pas en avant pour désarçonner le numéro 1 saoudien, qui rappelle Ronaldo dans sa splendeur. Il vaut probablement mieux laisser les comparaisons avec le Brésil là.

Lire aussi:  Surf : Amuro Tsuzuki monte sur le premier podium japonais dans les Challenger Series féminins

Pourtant, pendant 10 minutes en seconde période, les Saoudiens se sont transformés en Selecao 1970. A la 48e minute, les hommes d’Hervé Renard gagnaient le ballon au milieu de terrain, Al Shehri s’élançait vers l’avant, dépassait le robuste Cristian Romero, et expédiait une superbe frappe à ras de terre qui trompait Emiliano Martinez.

Six minutes plus tard, les Saoudiens prenaient l’avantage. Al Dawsari évitait une série de marqueurs argentins à l’angle de la surface avec ses pieds typiquement rapides avant de placer une frappe imparable dans le but adverse.

Le Lusail a explosé. Comme à chaque tacle saoudien – Hassan Tambakti était immense – blocage, dégagement. Ou deux fois quand Al Owais repoussait l’Argentine. L’arrêt juste après l’heure de jeu, lorsque le tir de Lisandro Martinez a dévié sur Nicolas Tagliafico à bout portant, était aussi impressionnant que le but d’Al Dawsari. Il s’est avéré aussi précieux.

Car les Saoudiens se sont accrochés et ont tenu bon. Ils l’ont fait, contre les champions sud-américains en titre, rien que ça. Lors de la troisième journée de la Coupe du Monde 2022, ils ont battu l’Argentine et Lionel Messi et ses favoris de la Coupe du Monde.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*