L’ouverture du nouveau Centre Hospitalier Sud-Francilien (CHSF) est devenue une affaire nationale. C’est toute la question du bien-fondé de l’utilisation des Partenariats Public-Privé qui est discutée. Alors que la mobilisation des personnels s’inscrit dans la durée, soutenus par des élus locaux, la direction annonce pour le 23 janvier l’ouverture effective du nouveau site de l’hôpital.

  • Photo : Un couloir vide du nouveau CHSF (Julien Monier / Essonne Info)

« A ce jour, le Directeur du Centre Hospitalier Sud Francilien dispose de suffisamment d’informations pour annoncer l’ouverture du nouvel hôpital aux patients, le 23 janvier 2012 » . C’est dans un communiqué publié jeudi, que la direction du CHSF annonce une date pour la mise en service du nouveau site. D’abord annoncée le 17 mai dernier, puis repoussée plusieurs fois, cette ouverture devrait donc se faire dans les quatre prochains mois. A ce jour, les travaux modificatifs se poursuivent, et l’intérieur du bâtiment en est au stade des finitions, comme l’a constaté Essonne Info lors d’une visite.

Pourtant, depuis deux semaines maintenant, les personnels ont entamé des actions de mobilisation, pour protester contre les restrictions budgétaires. La semaine dernière, l’intersyndicale avait organisé deux opérations escargot simultanées pour converger vers le nouveau site de l’hôpital. Les quelques 200 salariés et usagers, réunis sur le parvis de l’hôpital qui n’est pas encore en fonctionnement, avaient appelé à ne pas relâcher la pression.

Des Etats généraux pour le Sud-Francilien

De leur côtés, plusieurs élus locaux, rassemblés autour de Carlos Da Silva ce vendredi, ont appelé à la tenue d’ « Etats généraux du CHSF en Essonne » . Le député-maire d’Evry Manuel Valls, son homologue de Ste-Geneviève-des-Bois et président de l’agglomération du Val d’Orge Olivier Leonhardt, ou encore le président du Conseil général Jérôme Guedj se sont inscrits dans cette démarche. Pour ce dernier, il s’agit de faire vivre « la démocratie sanitaire » au sujet du devenir de cet hôpital qui devra répondre aux besoins d’un bassin de vie de 400 000 personnes. Dans une tribune publiée sur lemonde.fr, Bruno Piriou, vice-président du Conseil général et Roger Ferreri, psychiatre au CHSF, parlent d’ « échec » du PPP, et des difficultés à venir.

La question du financement du nouvel hôpital est au centre des enjeux. Amputé d’une partie de son budget de fonctionnement, par son autorité de tutelle l’Agence régionale de santé, le CHSF s’apprête à boucler son exercice 2011 avec 47 postes de moins. Les syndicats craignent que des départs à la retraite ne soient pas remplacés au sein de plusieurs services, alors que ceux-ci fonctionnent déjà en sur-régime. Un plan de départ volontaire est également en oeuvre.

La direction des ressources humaines du CHSF invite ainsi l’ensemble du personnel à une réunion d’information, le 17 octobre prochain, sur les modalités de départ volontaire et les indemnités qui vont avec. Quant à l’ouverture, si elle est effective le 23 janvier prochain, les usagers seront invités à faire preuve de prudence, car seuls les premiers services seraient déménagés à cette date. La consultation pluridisciplinaire, située à Courcouronnes, ne connaître par exemple son transfert qu’à partir du 22 février.

  • Photo : Les élus locaux à la rencontre du personnel (JM/EI)