Début de l’enquête du coroner sur la mort d’un pompier de Montréal lors d’un sauvetage aquatique

JOLIETTE, Qc. – L’enquête du coroner sur la noyade du pompier de Montréal Pierre Lacroix a appris lundi que les deux personnes qu’il a tenté de secourir dans le fleuve Saint-Laurent avaient peu d’expérience en matière de navigation.

Lacroix, 58 ans, a péri après être resté coincé sous un bateau de sauvetage HammerHead qui a chaviré dans les rapides de Lachine alors qu’il tentait, avec trois collègues, de sauver deux plaisanciers en détresse le 17 octobre 2021.

Tommy Yi a déclaré à l’enquête lundi qu’il avait récemment acheté un bateau et qu’il voulait faire un tour avec un ami. Yi et son amie Ana Dicu n’étaient pas des plaisanciers expérimentés, bien qu’ils aient tous deux déclaré avoir obtenu leur carte de conducteur de bateau de plaisance alors qu’ils étaient adolescents, dix ans auparavant.

Peu de temps après leur sortie sur l’eau, le moteur du bateau a surchauffé, les obligeant à appeler le 911 alors que la nuit tombait. Yi a essayé de jeter l’ancre à plusieurs reprises, mais sans succès, et son bateau a dérivé vers les rapides. Quatre pompiers de Montréal, dont M. Lacroix, sont arrivés et ont tenté d’immobiliser l’embarcation en panne.

« Nous allons chavirer, nous allons chavirer », a déclaré Yi à l’enquête, racontant ce qu’il avait dit aux pompiers. Il a ensuite craqué à la barre des témoins.

Puis, a-t-il dit, le bateau des pompiers a commencé à dériver et à chavirer.

Il a dit à l’enquête qu’il a réussi à faire tourner brièvement le moteur de son bateau et a entendu les pompiers crier « Au secours ! Au secours ! » Il a dit avoir aidé deux pompiers à monter sur son bateau avant que le moteur ne s’arrête. L’un des pompiers à bord était inconscient.

Lire aussi:  L'ancien secondeur Hébert prendra sa retraite comme membre des Alouettes de Montréal

Yi a dit qu’un autre bateau de sauvetage est arrivé, ajoutant qu’il a aidé à diriger ce bateau vers un troisième pompier dans l’eau. Il a dit qu’il n’y avait aucun signe de Lacroix.

Pour sa part, Dicu a dit qu’elle et Yi n’étaient pas sûrs d’appeler le 911. Elle a dit qu’elle ne connaissait pas le danger de la région. « Je ne savais même pas qu’il y avait des rapides », a-t-elle témoigné.

Dicu a enregistré par inadvertance une partie de l’incident alors qu’elle essayait d’utiliser la lampe de poche de son téléphone. Elle a dit avoir montré la vidéo à un pompier après avoir été ramenée sur la rive. Lorsqu’elle a récupéré son téléphone, elle a remarqué que quelqu’un avait essayé de transmettre la vidéo à l’une des filles de Lacroix.

Dans les heures qui ont suivi son sauvetage, sa vidéo a été diffusée aux médias.

Lacroix, père de deux enfants, a été repêché le lendemain après que la police de Montréal ait utilisé une caméra sous-marine pour regarder sous le bateau des pompiers.

Stéphanie Lacroix, la fille aînée du pompier décédé, a représenté sa famille lors de l’enquête. Elle a posé des questions à Yi pendant son témoignage et a pris elle-même la parole à la barre des témoins. Elle l’a remercié d’avoir eu le courage de témoigner et d’être retourné aider les pompiers dans l’eau.

Lacroix a témoigné plus tard dans la journée, disant à l’enquête qu’elle avait ressenti beaucoup de colère depuis la mort de son père. Célébrant son 26e anniversaire lundi, elle a déclaré qu’il était encore difficile de parler de son père au passé.

Lire aussi:  Un Québécois accusé d'avoir tué ses enfants est jugé apte à subir son procès

Elle a décrit son père comme un homme peu loquace mais dont les actions et la générosité parlaient d’elles-mêmes. « Mon père était mon modèle – mon héros », a déclaré Mme Lacroix.

En octobre, la Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec a publié un rapport indiquant que le bateau de sauvetage utilisé par les pompiers n’était pas conçu pour fonctionner dans cette partie des rapides. Plus tôt ce mois-ci, le syndicat représentant les pompiers de Montréal a demandé que tous les sauvetages nautiques soient suspendus jusqu’à ce que des mesures correctives soient prises pour assurer la sécurité de ses membres.

Le coroner Géhane Kamel préside les audiences qui devraient durer deux semaines et se dérouler au palais de justice de Joliette, au Québec, à environ 75 kilomètres au nord-est de Montréal.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 21 novembre 2022.

– Par Sidhartha Banerjee à Montréal.

A propos de Fleury 3645 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*