Novak Djokovic : la patience est une vertu pour le champion de Wimbledon, mais le reste de la saison semble incertain.

Novak Djokovic a mis son septième titre à Wimbledon sur le compte de la patience, à la fois le jour même et au cours de l’année, avant d’admettre qu’il n’est pas sûr de ce que sera le reste de sa saison.

Djokovic a remporté son quatrième titre consécutif à Wimbledon dimanche en battant Nick Kyrgios 4-6, 6-3, 6-4, 7-6. Le Serbe a réalisé un retour magistral face au redoutable service de l’Australien pour remporter une finale fascinante.

Ce 21e titre du Grand Chelem, qui le place à une place derrière le record de Rafael Nadal, a été obtenu après une saison difficile pour Djokovic, qui a commencé l’année dans une affaire de visa en Australie, qui a abouti à son expulsion parce qu’il n’était pas vacciné contre le Covid-19.

Djokovic a finalement commencé sa saison au Dubai Duty Free Tennis Championships, mais a subi une défaite surprise au troisième tour, suivie d’une élimination au premier tour du Monte Carlo Masters. Il remporte finalement son premier titre au Masters de Rome, et après la déception d’une défaite en quart de finale contre Nadal à Roland-Garros, il retrouve son meilleur niveau pour triompher à Wimbledon.

« Cette année n’a certainement pas été la même que les années précédentes », a déclaré Djokovic, 35 ans. « La façon dont elle a commencé m’a affecté. Les premiers mois, je ne me sentais pas très bien en général. Je n’étais pas dans un bon état d’esprit.

« Je voulais jouer, mais lorsque je suis entré sur le court à Dubaï pour le premier tournoi de l’année, j’ai ressenti tellement de pression et d’émotions et je ne me sentais pas moi-même. Je savais alors que cela prendrait du temps, je devais donc être patient et tôt ou tard, je me retrouverais dans l’état optimal où j’aimerais être.

« Lorsque j’ai quitté l’Australie, j’étais prêt à partir, mais il n’a pas été facile de clore ce chapitre, car les médias et de nombreuses personnes me le rappelaient. Cela a causé beaucoup de turbulences en moi et j’ai eu besoin de temps pour surmonter la tempête. Le jeu était là, mais c’était juste toutes ces choses en dehors du terrain qui causaient tant de distractions que je devais gérer, pas seulement moi-même mais aussi les gens autour de moi.

Lire aussi:  Brutal ! Mohamed Salah, James Milner et les stars de Liverpool mis à l'épreuve en Autriche

« En arrivant à Wimbledon, je me sentais bien pour mon tennis car j’avais gagné trois titres consécutifs ici et je me sentais bien sur le gazon. Je suis arrivé de Paris après une perte émotionnelle contre Nadal, mais après Rome et Paris, je jouais déjà le genre de tennis qui me permettait de rivaliser, donc je me sentais bien dans mes chances. »

Cette patience s’est avérée un atout au cours des deux dernières semaines à Wimbledon, où Djokovic a dû se battre après avoir perdu le premier set dans chacun de ses trois derniers matchs, y compris après avoir été mené de deux sets en quart de finale contre l’Italien Jannik Sinner.

Après avoir lutté contre le tennis de Kyrgios pendant le premier set de la finale de dimanche, Djokovic a gardé son calme et a rapidement trouvé son toucher et son timing. Une fois qu’il a pu lire le service de l’Australien, il n’y a eu qu’un seul gagnant.

« Depuis la ligne de fond, je n’ai pas raté grand-chose. [last] trois sets », a déclaré Djokovic. « Cela faisait partie de la stratégie lorsqu’on joue contre quelqu’un d’aussi talentueux et flashy que Nick, qui possède l’un des meilleurs services du jeu. Il met une pression constante sur ses adversaires lorsqu’il enchaîne les jeux de service.

« C’était parfois frustrant de voir les balles passer et de devoir travailler davantage sur mes jeux de service, mais je sentais vraiment bien la balle depuis le fond du court. J’ai bien servi à certains moments, mais c’était la finale de Wimbledon contre un joueur qui n’avait rien à perdre, et j’avais perdu deux fois contre lui. Toutes ces choses étaient présentes mais je pense que j’ai tout bien géré. »

Lire aussi:  Sebastien Haller : Dortmund soutient l'attaquant après la découverte d'une tumeur testiculaire.

Un septième titre de Wimbledon assuré, la question se pose maintenant de savoir ce que Djokovic fera pour le reste de l’année. L’ATP Tour se rendra bientôt en Amérique du Nord, avec pour point d’orgue l’US Open. Les États-Unis et le Canada exigent que tous les visiteurs étrangers soient entièrement vaccinés contre le Covid-19. Pour l’instant, Djokovic ne pourra donc pas participer aux deux Masters 1000 de Montréal et de Cincinnati, ni à l’US Open.

Si l’on ajoute à cela l’absence de points de classement à Wimbledon, qui a fait chuter Djokovic à la 7e place mondiale, le Serbe se retrouve dans une situation inhabituelle : il doit courir après les points s’il veut porter à huit son record de numéros 1 mondiaux en fin d’année.

Cependant, Djokovic est resté calme quant au déroulement du reste de l’année et a insisté sur le fait qu’à ce stade de sa carrière, il se concentre sur les grands tournois et les majeurs.

« Je suis en vacances. Que je joue des tournois bientôt ou non, je vais certainement me reposer pendant les deux prochaines semaines parce que cela a été une période assez épuisante et exigeante », a-t-il déclaré. « Ensuite, j’attendrai, je l’espère, de bonnes nouvelles des États-Unis. Si ce n’est pas le cas, je verrai à quoi ressemblera le programme. Je doute que j’aille chercher des points.

« D’après ce que j’ai compris, gagner un Grand Chelem me qualifie pour les finales ATP, à moins que je ne sois pas dans le top 20, donc je ne vais pas me fatiguer à jouer des tournois pour gagner des points.

« Je ne ressens aucune pression pour jouer certains tournois et les choses ont changé depuis un an environ pour moi. J’ai atteint la première place historique, donc maintenant que c’est fait, je donne la priorité aux grands tournois et aux Slams. Nous verrons ce qui se passe avec les États-Unis et nous prendrons les choses en main à partir de là. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*