Suite à un recours porté au Tribunal Administratif par le conseiller général de la précédente mandature et maire de Linas François Pelletant, l’élection cantonale du 27 mars dernier qui a vu la victoire du socialiste Jérôme Cauet a été annulée ce mercredi. Ce dernier devrait faire appel de cette décision au Conseil d’Etat.

Annulation élection cantonale sur le canton de Montlhéry - Essonne Info

  • Photo : François Pelletant et Jérôme Cauet lors des élections cantonales de mars 2011 (Essonne Info)

Le canton de Montlhéry regroupe les communes de La Ville-du-bois, Linas, Longpont-sur-Orge, Marcoussis, Montlhéry, Nozay et St-Jean-de-Beauregard. Son Conseiller général de 1998 à 2011 était le maire (CAP 21) de Linas François Pelletant. Ce dernier a perdu son siège en mars dernier, face à l’adjoint au maire (PS) de Marcoussis Jérôme Cauet.

Au sortir de ce scrutin, François Pelletant a déposé un recours au tribunal administratif de Versailles en vu de contester ces élections. La cour lui a donné raison ce mercredi, en délibérant pour l’annulation du vote. Le tribunal administratif a retenu les motifs d’affichage en dehors des panneaux prévus à cet effet, et la publication d’un document de campagne par une association, en soutien à Jérôme Cauet, sans que son coût ne soit pris en compte dans les frais de campagne.

Un appel au Conseil d’Etat

Il s’agit d’une « réhabilitation » a déclaré François Pelletant à Essonne Info, « l’arithmétique me donnait vainqueur après le premier tour » . Selon le maire de Linas, le document en question contient « des photos truquées » , et il a été financé « par une association qui a raquêté un promoteur » . « Je me suis défendu tout seul, sans avocat » précise l’édile, qui conseille a son concurrent de ne pas faire appel de la décision : « Il risque d’aggraver son cas et d’avoir une inéligibilité » .

« C’est une décision surprenante » réagit pour Essonne Info le nouveau conseiller général Jérôme Cauet. Ce dernier affirme qu’il fera bien appel devant le Conseil d’Etat : « Il y a un grand sentiment d’injustice, j’ai fait une campagne très propre » déclare-t-il. Selon lui, l’association en question l’a « sollicité, comme d’autres » et il leur a simplement répondu. Il ajoute : « Ils parlaient juste de moi dans leur journal, après m’avoir formulé certaines questions, mais je ne les connais pas, il n’y a aucune connivence » .

Jérôme Cauet a un mois pour déposer son recours au Conseil d’Etat. D’ici la, François Pelletant a prévu de relancer son comité de campagne, en vue de préparer une nouvelle élection. En mars, les deux candidats avaient 571 voix d’écart. En Essonne, d’autres élections ont été contestées, ainsi que la passation du siège de conseiller général de St-Michel-sur-Orge.